J.-C. Lagarde: "Il faut adapter notre droit à la lutte antiterroriste"

Le président de l'UDI Jean-Christophe Lagarde estime qu'il faut prendre des mesures pour que le droit français puisse faire face à la menace durable, même hors situation d'état d'urgence.
Invité de Territoires d'Infos sur Sud Radio et Public Sénat, le président de l'UDI Jean-Christophe Lagarde est revenu sur les propositions de l'exécutif pour renforcer les moyens de lutter contre le terrorisme."Ce n'est pas la pérennisation de l'état d'urgence, a assuré Jean-Christophe Lagarde. L'état d'urgence, c'est, en situation de crise, se donner des moyens exceptionnels. Il se trouve que la durée de la crise sera plus longue. On sait tous que la guerre que Daesh nous fait va durer, que cette menace dure et risque de se reproduire. Donc on doit s'adapter durablement et pas seulement en situation d'état d'urgence."

"On peut confier plus de pouvoir à l'Etat mais on doit plus contrôler"

Des nouvelles mesures qui doivent, pour lui, s'accompagner de moyens de contrôle renforcés pour le Parlement : "Regardez dans l'état d'urgence, il y a un embryon de ce que je souhaiterais qu'on fasse, de ce que j'ai demandé à Manuel Valls, à Bernard Cazeneuve. C'est le fait qu'à la commission des lois de l'Assemblée et du Sénat, on puisse demander des comptes sur les perquisitions administratives, sur les assignations à résidence pour qu'on sache si l'Etat déborde ou pas. On peut confier plus de pouvoir à l'Etat, mais on doit plus contrôler dans ces cas-là les motivations qui sont les siennes."Regardez l'interview de Jean-Christophe Lagarde, président de l'UDI et député-maire de Drancy, invité de l'émission Territoires d'Infos sur Sud Radio et Public Sénat.
Vos réponses pour cet article
Vous devez être connecté pour réagir
Les rubriques Sudradio