Gérald Darmanin aux Mureaux : "il faut redonner confiance à la police"

François Garay, maire des Mureaux (Yvelines), était interviewé dans "le coup de fil du matin" sur Sud Radio le 8 juillet. "Le coup de fil du matin" est diffusé tous les jours à 7h12 dans la matinale animée par Cécile de Ménibus et Patrick Roger.

Le ministre de l'Intérieur Gerald Darmanin, à Port-Sainte-Marie (Lot-et-Garonne) le 7 juillet 2020 (MEHDI FEDOUACH - POOL/AFP)

Premier déplacement officiel aux Mureaux pour le nouveau ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin. Avant d’aller à la rencontre des gendarmes durement touchés dans le Lot-et-Garonne, le nouveau ministre de l’Intérieur a fait ses premiers pas sur le terrain aux Mureaux. Pourquoi ?

 

Education, police et justice

"Il est venu aux Mureaux, car il y a quatre ans, nous avons eu le décès de Jessica Schneider et de Jean-Baptiste Salvaing. Il voulait montrer son soutien aux policiers, et pour cela il a choisi le commissariat des Muraux", confie le maire. Tous deux ont en effet été tués à Magnanville le 13 juin 2016. Gérald Darmanin s’est recueilli quelques instants devant la plaque en hommage aux deux policiers. "Je n’ignore pas que pour la première fois, des agents de l’État ont été tués en dehors de leur service, dans des conditions insupportables, par des terroristes islamistes", a notamment déclaré le nouveau ministre.

Jean Castex est lui aussi allé dans un commissariat. En tant qu’élu Divers gauche, a-t-il le sentiment que le gouvernement joue le tout sécurité ? "Bien évidemment, il y a la sanction, estime François Garay. Mais on ne peut imaginer règle sans éducation, sans police et sans justice." Si les habitants et les délinquants sentent qu’il y a du laxisme de la part de la police et de la justice, ils continueront ? "Ce qui est important, c’est redonner confiance à la police. Mais il doit aussi y avoir la justice et l’éducation."

 

Rétablir la police de proximité

"La dernière visite d’un ministre de l’Intérieur, c’était Christophe Castaner, se souvient le maire des Mureaux. J’ai vraiment senti un climat pas serein. C’était la première fois que je voyais des menottes à terre." Quid de la police de proximité ? "Il y a la police nationale, son rôle régalien, et la police municipale vient en complément, à proximité de l’habitant. Nous avons perdu un champ, celui de la police à pied. Il faut redonner ce rôle à la police. D'un côté, il y a les interventions fortes et de l'autre le retour à la confiance, une connaissance de l’habitant. On a supprimé la police de proximité pour des raisons financières, c’était une erreur fondamentale."

Gérald Darmanin est-il un bon casting pour l’Intérieur ? "Je sais qu’il était aux finances, il passe à l’Intérieur. Aujourd’hui, il faudra qu’il amène plus de recettes. Je pense qu'il faut aussi donner de l’argent à la justice." Quels moyens donner ? "C’est à trois niveaux : tout ce qui est moyens matériels, le renforcement des effectifs, avec des personnels plus proches de l’habitant, la police sur site. Puis cela passe par les petits tribunaux d’Instance, pour juger les petits délits sous quinze jours. Le troisième point, c’est la rénovation des commissariats et de la justice."

 

Cliquez ici pour écouter “le coup de fil du matin”

Retrouvez "le coup de fil du matin" du lundi au vendredi à 7h12 sur Sud Radio, dans la matinale de Cécile de Ménibus et Patrick Roger.


Sur quelle fréquence écouter Sud Radio ? Cliquez-ici !