François Fillon face à ses adversaires, "la dictature" et "le marketing du vide"

François Fillon © AFP PHOTO / Christophe ARCHAMBAULT
François Fillon © AFP PHOTO / Christophe ARCHAMBAULT

Le candidat Les Républicains à l'élection présidentielle, en meeting à Lille, s'en est pris à Marine Le Pen et Emmanuel Macron, qui le devancent dans les sondages.

Entré dans la dernière ligne droite, François Fillon sait qu'il doit refaire son retard. En meeting à Lille, le candidat Les Républicains a attaqué ses deux principaux concurrents, qui le devancent dans les sondages depuis que les affaires sont venues perturber la campagne du vainqueur de la primaire de la droite.

François Fillon s'est posé comme "le sursaut", face à la "dictature" et "le marketing du vide".

"Il faut plus qu'un emballage rajeuni pour renouveler réellement la politique, a lancé François Fillon à l'encontre d'Emmanuel Macron. Il faut plus que quelques couvertures de magazine pour faire un homme d'État. La séduction dont est capable le marketing du vide dure aussi peu que l'ivresse d'un soir. Elle garantit surtout des réveils difficiles."

Le candidat Les Républicains à la présidentielle a clairement ciblé Emmanuel Macron comme étant son principal adversaire, indiquant que "sa campagne, c'est du plastique et sa présidence, ce sera du blabla".

Il a plus brièvement égratigné Marine Le Pen, l'autre candidate que les sondages annoncent au 2e tour : "Dans un siècle, les livres d'histoire diront peut-être qu'en cette année 2017, la France a fait le choix de s'entêter dans les vieilles recettes qui n'ont jamais marché. Peut-être même aura-t-elle choisi la dictature, trop lasse qu'elle était de sa liberté, comme ces citoyens surendettés de l'Antiquité qui se vendaient comme esclaves."

"On dira peut-être aussi, c'est mon espérance, que la France choisi le sursaut", veut croire François Fillon.

Vos réponses pour cet article
Vous devez être connecté pour réagir
Les rubriques Sudradio