Euro-Rolling : 48 % des sondés déclarent qu'ils voteront pour s'opposer à la politique d'Emmanuel Macron

Euro-Rolling 2019 : votre nouveau rendez-vous politique ! Découvrez chaque jour, les résultats de notre sondage quotidien Ifop-Fiducial pour Sud Radio, Paris Match et CNews sur les intentions de vote en continu pour les élections européennes. 

Thumbnail

LREM et RN toujours en tête

A sept semaines du scrutin, le niveau de mobilisation de l'électorat fait toujours l'objet d'une très grande stabilité; le taux mesuré vendredi 29 mars est identique à celui observé en début de semaine, lundi 25 mars, avec 42% d'indice de participation.

Sans grande surprise, la République en Marche et le Rassemblement National restent en tête. Les deux listes ne se sont retrouvées qu'à un point d'écart ce jeudi 28 mars (22% contre 21%), soit le différenciel le plus bas jamais enregistré depuis le début de notre sondage Euro-Rolling 2019. 

Morcellement à gauche 

On constate également en cette fin de semaine que l'éparpillement des intentions de vote à gauche  est toujours de mise . Alors que la liste Europe Ecologie Les Verts semblaient en position de force, elle a, ces derniers jours, perdu des points, puis s'est repositionnée en tête face à la liste de La France Insoumise. Les deux listes oscillent entre 7,5% et 8,5% des intentions de vote. 

De son côté, la liste de la Place Publique et du Parti Socialiste n'arrive toujours pas à décoller et se stabilise depuis plusieurs jours entre 5% et 6%.

Les français restent concentrés sur les enjeux nationaux pour se déterminer dans le cadre des élections européennes

Pour cette troisième semaine de sondage, on remarque qu'une majorité de français reste une nouvelle fois concentré sur les enjeux nationaux pour se décider lors de ces prochaines élections européennes. En effet, 53% des personnes interrogées déclarent s'attacher aux enjeux nationaux pour se déterminer;  77 % des sympathisants du Rassemblement National, 64% des personnes se définissant comme Gilets Jaunes et 58% des proches de la France Insoumise accordent une place importante aux enjeux nationaux et européens dans le vote. 

48 % des sondés déclarent qu'ils voteront pour s'opposer à la politique d'Emmanuel Macron et du gouvernement

48 % des sondés déclarent qu'ils voteront pour s'opposer à la politique d'Emmanuel Macron et du gouvernement. A l'inverse, 16% disent soutenir la politique du président de la République et du gouvernement. 36% ne se prononcent pas.

Les événements de la campagne qui ont le plus marqué 

La mobilisation des gilets jaunes reste tout de même un des événements le plus marquant pour les français avec 57%. En deuxième position, on retrouve la mobilisation des militaires de l’opération antiterroriste « Sentinelle » pour l’acte XIX des Gilets jaunes, avec 56%. Moins marquant encore, on retrouve en troisième position, le limogeage de Michel Delpuech, préfet de Paris, à la suite des dégradations sur les Champs-Elysées lors de l’acte XVIII de la mobilisation des Gilets jaunes avec 35%.

Pour consulter la méthodologie complète de l'enquête, cliquez ici.

 

La méthodologie du sondage

Sondage IFOP réalisé par internet tous les jours depuis le 8 mars 2019 auprès d’un échantillon quotidien de 500 personnes (40.000 personnes sur la période totale du sondage) représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. 

La représentativité de l’échantillon a été assurée par la méthode des quotas au regard de critères : ―sociodémographiques : sexe, âge de l’individu; ―socioprofessionnels : profession de l’individu ; ―géographiques : région administrative, taille d’unité urbaine ; Ces quotas ont été définis à partir des données de l’Insee pour la population âgée de 18 ans et plus résidant en métropole (Insee RP 2015). 

Les interviews ont été réalisées par questionnaire auto-administré en ligne du 26 au 29 mars 2019.

 

Concernant les marges d'erreur

La théorie statistique permet de mesurer l’incertitude à attacher à chaque résultat d’une enquête. Cette incertitude s’exprime par un intervalle de confiance situé de part et d’autre de la valeur observée et dans lequel la vraie valeur a une probabilité déterminée de se trouver. Cette incertitude, communément appelée «marge d’erreur», varie en fonction de la taille de l’échantillon et du pourcentage observé.

L'Ifop précise bien que «les résultats de cette enquête doivent être interprétés comme une indication significative de l’état des rapports de force actuels» mais qu'ils ne constituent en aucun cas un «élément prédictif des résultats le jour du vote».