Eric Coquerel: "la France a des intérêts à discuter avec les Chinois"

Invité du "petit déjeuner politique", le député France insoumise de Seine-Saint-Denis est notamment revenu sur la visite du président Xi Jinping en France.

"Des gilets jaunes toujours très soutenus"

Pour Eric Coquerel, la stratégie de tension verbale de l'exécutif a conduit à ce qui s'est produit ce week-end à Nice: une militante septuagénaire grièvement blessée.

"Un peu plus de la moitié des Français continue à soutenir les gilets jaunes, après une propagande du gouvernement qui les a traité d'assassins, qui les a fait passer pour des terroristes en menaçant d'envoyer l'armée. J'entends qu'Emmanuel Macron explique à la dame de Nice qu'elle aurait du être sage... Est ce normal qu'il y ait eu une charge violente alors qu'elle était avec son drapeau pacifique ! Le droit à dire non et de ne pas accepter des choses injustes doit nous être garanti. C'est inscrit de manière quasiment constitutionelle ! Castaner est toujours en poste il aurait dû démissionner, son bilan est catastrophique!"

"L'Europe et la France doivent faire du protectionnisme, comme la Chine"

Le député de Seine-Saint-Denis évoque aussi la visite du président chinois en France: Xi Jinping y défend ses "routes de la soie", des accords et des investissements massifs dans les infrastructures de transports, avec l'ambition affichée de développer le commerce vers l'Europe... Eric Coquerel, relativise l'idée de "géant chinois":

"En termes de danger pour la monde, la Chine est loin des Etats-Unis: c'est 1/7ème du budget militaire américain. La Chine fait du commerce, s'implante, mais le problème n'est pas la Chine, mais que nous soyons infoutus de faire du protectionnisme solidaire. Les Chinois sont les bienvenus, la France est la première à avoir reconnu la France de Mao en 1964: elle a des intérêts à défendre, à discuter avec les Chinois. L'Europe et la France doivent faire comme les Chinois, au lieu de signer des accords de libre-échange: pourquoi privatisons-nous Aéroports de Paris? C'est notre choix, eux ne font que s'en saisir en faisant du commerce. Il faut avoir un rapport commercial de coopération équitable, basé sur un protectionnisme, défendre nos emplois en mettant des critères sociaux et écologiques."

Les rubriques Sudradio