Élisabeth Lévy - Mathilde Panot crie au sexisme : "Ras-le-bol qu'on traite les femmes comme une espèce protégée""

  Un incident à l’Assemblée s’est transformé en scandale sexiste. Mardi, 23 heures. Alors que Mathilde Panot, députée insoumise du Val-de-Marne, s’apprête à prendre la parole, on entend un député lancer « poissonnière » et un autre, « folle ». Celui qui allumât la mèche, c’est Pierre Henriet, élu marcheur de Vendée, pour le deuxième criminel, une enquête est […]

La députée LFI du Val-de-Marne exige des excuses et une sanction à l'encontre des députés qui l'ont moquée. (Photo de Thomas Samson / AFP)

 

Un incident à l’Assemblée s’est transformé en scandale sexiste.

Mardi, 23 heures. Alors que Mathilde Panot, députée insoumise du Val-de-Marne, s’apprête à prendre la parole, on entend un député lancer « poissonnière » et un autre, « folle ». Celui qui allumât la mèche, c’est Pierre Henriet, élu marcheur de Vendée, pour le deuxième criminel, une enquête est en cours. 

L’offensée se plaint dès lors au vice-président de l’Assemblée Nationale puis à la terre entière via Twitter. M'sieur, il a pas été gentil, c’est parce que je suis une fille. Je veux qu’il soit puni. Les Insoumis font monter cette mayonnaise frelatée avec force dans des tweets outragés. Enfin, le ramdam a amené Richard Ferrand à publier un communiqué stipulant que “le sexisme n’a pas sa place dans notre société et notre Assemblée”

Est-ce seulement une insulte sexiste ? 

Primo, il n’y a rien de sexiste, deuxio, c’est une moquerie plus qu’une insulte. D’ailleurs, on me le dit souvent parce que je parle trop fort et de façon pas très distinguée. Vous me voyez réclamer des sanctions ? Madame Panot fait sa chochotte, mais avait traité Castaner de « déchet ». Sauf qu’elle, elle a le droit. C’est une femme, et elle est de gauche. 

Devant le choeur des vierges, le coupable se fend d’excuses : il ne voulait pas la blesser. Mais, écrit-il, “elle passe son temps à vociférer”. L’impudent ! Dire d’une dame qu’elle vocifère, c’est aussi sexiste. Sauf si elle est de droite. 

Les insoumis font là un beau coup politique ! 

Précisément. C’est là l’instrumentalisation politique d’un féminisme surjoué insupportable. Toute attaque contre une femme est sexiste (“petite conne”, c’est sexiste, mais pas “petit con”.)  Et quand une femme échoue, c’est parce que c’est une femme, qu’on lui a mis des bâtons dans les roues. En réalité, il y a plutôt une préférence féminine au nom du retard à rattraper (cf. règles de parité à France TV, Radio France et à la BCE). 

Tout ça n’a pas grande importance ?

Eh bien si. Ces féministes plaintives prétendent parler au nom de toutes les femmes qui seraient, selon Mathilde Panot, victimes du sexisme ordinaire. La grande sororité des victimes, très peu pour moi. Ras-le-bol qu’on traite les femmes comme une espèce menacée et protégée. Ras-le-bol de cet esprit de sérieux. À les entendre, il sera bientôt illégal de rire de femmes. Ou de leur dire qu’elles sont jolies. Alors vous pouvez y aller sur ma nouvelle coiffure. J’adore les compliments sexistes. Et je ne suis pas la seule.