Élections municipales : "il n'y a pas de majorité pour élire un maire à Marseille à majorité absolue"

Rien n’est arrêté à Marseille, entre "la victoire relative" du Printemps Marseillais selon les propres mots de la tête de liste Michèle Rubirola, et la droite de Martine Vassal qui refuse de parler de défaite. Car à Marseille, on vote par secteurs et les alliances sont encore possibles d’ici le conseil municipal, qui représente un véritable troisième tour. Martine Vassal refuse de rendre les armes.

Élections municipales : qui sera la maire de Marseille après le "troisième tour" ? © AFP

Reportage à Marseille de Stéphane Burgatt

 

Martine Vassal : "Ce soir, je n'ai pas perdu !"

C’est un jeu où personne ne perd : Martine Vassal, pourtant personnellement défaite dans un secteur jugé imperdable pour la droite, ne s’avoue pas vaincue : "Ce soir, je n'ai pas perdu !, a-t-elle affirmé le soir du second tour. Ce soir, il n'y a pas de majorité à Marseille. Ce soir, il n'y a pas de maire à Marseille. Il y a donc bien une situation de blocage que je redoutais, a-t-elle ajouté. Comment allons-nous gouverner Marseille ?"

"Ce soir, il n'y a pas de majorité pour élire un maire à Marseille, en tout cas à majorité absolue", a confirmé David Galtier, collistier de Martine Vassal. Selon lui, tout reste jouable au troisième tour : "Les jeux sont ouverts, j'espère bien que nous pourrons faire entendre nos voix et surtout faire valoir le volume de nos conseillers municipaux. Nous devrions compter pour ce que les observateurs appellent le troisième tour".

 

 

Michèle Rubirola : "C'est une victoire relative pour nous, mais une défaite pour la droite"

Pas de majorité absolue mais une courte avance pour le "Printemps Marseillais" de Michèle Rubirola, qui a la victoire prudente : "La victoire a été difficile, elle n'en est que plus belle, même si elle ne nous offre qu'une majorité relative en sièges, fruit d'un système électoral par secteurs, qui est selon elle un contre-sens démocratique. C'est une victoire relative pour nous, mais une défaite pour la droite, estime-t-elle, qui n'est plus en mesure de gouverner cette ville".

Dans ce vote par secteurs avec de multiples triangulaires et quadrangulaires, une pincée de conseillers municipaux séparent les deux listes. La droite veut croire en ses chances, au prix d’alliances, fussent-elles contre nature.

 

Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !