Convention citoyenne pour le Climat : "c’est Emmanuel Macron qui est venu nous chercher"

Benoît Baubry, membre de la Convention citoyenne pour le Climat, était interviewé dans "le coup de fil du matin" sur Sud Radio le 14 décembre. "Le coup de fil du matin" est diffusé tous les jours à 7h12 dans la matinale animée par Cécile de Ménibus et Patrick Roger.

Les propositions de la Convention citoyenne pour le Climat seront-elles bel et bien mises en œuvre ? Les membres sélectionnés de la Convention citoyenne pour le Climat ont travaillé des mois durant sur 149 propositions visant à réduire de 40% les émissions de gaz à effet de serre de la France.

 

"On attend des actes francs après toutes ces belles paroles"

Les mesures décidées sont-elles appliquées ou ont-elles pris du retard ? Emmanuel Macron doit rencontrer les membres de la Convention le 14 décembre. Qu’attendent-ils du Président de la République ? "On attend des actes francs après toutes ces belles paroles, estime Benoît Baubry, membre de la Convention citoyenne pour le Climat. Je pense qu’il est conscient que, maintenant, au niveau européen, on ne parle plus de 30 ou 40% mais de 55% de réduction des gaz à effet de serre."

Quelles propositions voudrait-il voir retenues ? "Certaines ont plus d’impact technique, mais la lettre de mission qui nous avait été donnée était "comment réduire de 40% les gaz à effet de serre tout en conservant une justice sociale." Certaines de ces mesures ont une valeur plus forte en termes de justice sociale. Elles sont toutes importantes. Les mesures phares vont entraîner les autres."

 

"Le travail, on l'a fait"

Benoît Baubry pense-t-il qu’elles seront bien reçues par l’ensemble des citoyens ? "Il va y avoir des efforts à faire. Mais nous avons fait attention à la justice sociale. Nous évitons de mettre en danger les citoyens les plus précaires." Etait-il déjà sensibilisé à l’écologie avant de participer à cette convention ? "Pas spécialement, mais je savais déjà ce que m’apportait la terre pour avoir travaillé dans l’éducation au niveau agricole."

Ce membre de la Convention citoyenne pour le Climat a-t-il peur d’être mené en bateau, que le chef de l’État ne suive pas les recommandations ? "Vous savez, c’est lui qui est venu nous chercher, qui nous a demandé un travail. Le travail, on l’a fait. Après, il avait pris des engagements en disant que c’était sans filtre. À lui d’assumer."

 

Cliquez ici pour écouter “le coup de fil du matin”

Retrouvez "le coup de fil du matin" du lundi au vendredi à 7h12 sur Sud Radio, dans la matinale de Cécile de Ménibus et Patrick Roger.


Sur quelle fréquence écouter Sud Radio ? Cliquez-ici !