Ces ministres socialistes qui s’apprêtent à resserrer les rangs autour de Hamon

Bernard Cazeneuve (@Dominique Faget)
Bernard Cazeneuve (@Dominique Faget)

Alors que le premier débat télévisé de la campagne présidentielle se tient ce soir, le Parti socialiste tiendra également un bureau national extraordinaire pour réaffirmer son soutien à Benoît Hamon. Outre la présence de Bernard Cazeneuve, d’autres ministres sont attendus.

C’est le premier tournant de cette campagne électorale présidentielle. Ce lundi soir, cinq candidats à la présidentielle (Emmanuel Macron, Marine Le Pen, François Fillon, Benoît Hamon et Jean-Luc Mélenchon) débattront devant les Français, dans une émission spéciale prévue par TF1 qui a néanmoins "écarté" les autres candidats (Nicolas Dupont-Aignan, Philippe Poutou, Nathalie Arthaud, Jacques Cheminade, Jean Lassalle et François Asselineau). Alors que les états-majors de chaque participant suivront le débat avec attention, certains devraient même profiter de l’occasion pour s’activer en coulisses.

Bureau national extraordinaire au PS ce lundi, Cazeneuve attendu sur place

Ainsi, l’AFP annonce que le Parti socialiste tiendra ce lundi soir un bureau national extraordinaire, en présence du Premier ministre Bernard Cazeneuve, avec pour objectif de resserrer les rangs derrière Benoît Hamon. La réunion se tiendra à huis clos à 18h et devrait par ailleurs bénéficier de la présence de plusieurs ministres, à l’heure où le gouvernement semble partagé entre l’ex-frondeur Benoît Hamon et Emmanuel Macron. Déjà aperçue aux côtés du candidat socialiste lors de certaines réunions publiques, Najat Vallaud-Belkacem devrait ainsi être de la partie, tout comme André Vallini, Juliette Méadel, Pascale Boistard, Laurence Rossignol, Alain Vidalies et Estelle Grelier. Les présidents de groupes parlementaires (Assemblée, Sénat, Parlement européen) et certains présidents d'exécutifs régionaux et départementaux sont également annoncés.

Selon le député socialiste Razzy Hammadi, l’objet de ce bureau est de "rappeler la gravité du moment face au risque de dissolution des clivages et de disparition de la gauche, et de lancer un appel au rassemblement" derrière Benoît Hamon. "C'est un signal fort au moment où quelques voix apparaissent discordantes et sèment le trouble chez nos électeurs. Il s'agit de rappeler que tout le monde est derrière notre candidat", a-t-il ajouté, alors que les fréquentes piques de Manuel Valls et de son entourage envers le programme et l’attitude de Benoît Hamon sont encore dans toutes les têtes.

Les législatives déjà dans les têtes à Solférino

En dépit des divergences, le PS semble aussi regarder au-delà de l’élection présidentielle pour préparer (déjà) les législatives. "Le but, c'est d'aider Benoît Hamon à faire le meilleur score possible (...) Il faut que le score soit correct en prévision des législatives (...) L'intérêt de tout le monde est de soutenir Benoît Hamon, y compris de ceux qui ne sont pas sur sa ligne. S'il se fait éliminer au premier tour, il faut que ce soit une défaite honorable. Si on n'arrive pas au second tour, le plan B c'est de réussir les législatives le mieux possible", explique ainsi un responsable socialiste cité par l’AFP.

Sur le même sujet
Vos réponses pour cet article

Ajouter un commentaire

Les rubriques Sudradio