Cédric Villani : "Je continuerai à travailler avec Valerie Pécresse"

Cédric Villani
Cédric Villani interviewé par Patrick Roger sur Sud Radio, le 6 juin à 7h40. DR

Cédric Villani était l’invité politique de Patrick Roger le 6 juin 2019 sur Sud Radio, à retrouver du lundi au vendredi à 7h40.

Cédric Villani, député LREM de l’Essonne, a réagi à la démission de Valérie Pécresse qui quitte le parti LR. "Nous sommes dans une phase de grand mouvement au sein de ce parti, estime-t-il. On le voit à cette démission surprise, ou dans le Conseil de Paris avec une scission annoncée et un groupe mené par Pierre-Yves Bournazel. Dans ce cataclysme post-européennes, il faudra un peu de temps pour y voir clair."

Travailler avec Valérie Pécresse ?

Ces partis sont-ils devenus des dinosaures ? "Les partis traditionnels, ces derniers années, n’ont pas le vent en poupe, constate le mathématicien. Je n’aurais jamais pu adhérer à l’un de ces partis. LREM s’est construite sur des valeurs : dépassement des clivages, rôle important de la société civile, très grande conviction européenne". Tend-il la main à la présidente de la Région Île-de-France ? "Je suis élu en Essonne ; j’ai beaucoup travaillé avec elle sur les transports. Quel que soit son avenir, c’est quelqu’un avec qui je continuerai à travailler dans nos fonctions respectives."

Que pense-t-il des transports à Paris ? Faut-il réglementer les trottinettes électriques ? "Je pense que ces dernières prendront place dans l’éventail des solutions de mobilité du futur." Pour le député LREM de l’Essonne, "il faut laisser l’innovation se déployer. Mais en même temps, c‘est un peu l’anarchie. On voit ici une forme d’opportunisme avec cette conférence de presse d’Anne Hidalgo pour dire qu’il faut réguler." Quelle est sa priorité en matière de transport ? "Pas question d‘interdire la voiture à Paris, mais il faut préparer la mobilité du futur. On va avoir la révolution du véhicule électrique, des véhicules autonomes. Pour autant, la technologie ne résout les problèmes que si on l’accompagne bien."

Libre de parler, mais loyal à LREM

Cédric Villani est candidat à la mairie de Paris. Mais on a l’impression que le parti LREM veut boucler les candidatures avant l’été et avoir un candidat unique avec Benjamin Griveaux. "Ma conviction est que nous devons trouver le bon équilibre, aller vite et prendre le temps de discuter entre nous, laisser aux candidats qui viennent de se déclarer, comme Hugues Renson, le temps de faire campagne, de développer leurs arguments, de discuter avec les groupes de travail LREM sur une base programmatique. Selon lui, il faut de la sérénité pour que tous les militants se trouvent impliqués".
 
Pas question de boucler les candidatures parisiennes avant l’été ? Pour le candidat déclaré à la mairie de Paris, "il faut trouver le juste temps, que les militants soient prêts à se lancer. Un ensemble de remarques ont été faites, pour prendre garde à la parité, que la commission d’investiture soit irréprochable. Trouver le moyen d’impliquer les militants". Et s’il n’est pas choisi, serait-il prêt à se présenter sans l’étiquette LREM ? "Je serai libre de dire ce que je pense, mais loyal à LREM."

 

 

 

Cliquez ici pour écouter “L’invité politique”  avec Patrick Roger

Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !

 

Sur le même sujet
Les rubriques Sudradio