Cédric O - Retraites : "venant de la gauche, je suis extrêmement fier de cette réforme"

Cédric O, secrétaire d'État chargé du Numérique, était l’invité du “petit déjeuner politique” de Patrick Roger le 13 décembre sur Sud Radio, à retrouver du lundi au vendredi à 7h40.

Cédric O, interviewé par Patrick Roger sur Sud Radio le 13 décembre à 7h40.

Cédric O : "venant de la gauche, je suis extrêmement fier de cette réforme"

Un accord a été trouvé jeudi 12 décembre au soir avec les policiers sur leur régime de retraite. Des aménagements par secteurs ou par professions serait-elle la voie à suivre pour sortir du conflit ? Pour Cédric O, "ça montre le chemin du fait qu'on peut encore discuter, qu'on peut trouver un accord et qu'il faut faire en sorte de sortir des situations de blocage. On ne peut pas dire qu'il n'y a pas un effort singulier qui a été fait par le gouvernement pour aménager la transition, tout en restant ferme sur le principe d'universalité du futur système de retraite, précise-t-il, la balle est dans le camp de la CGT et des organisations syndicales des cheminots et de la RATP notamment. À eux de dire maintenant s'ils estiment légitime de continuer de faire la grève à Noël. Les Français ont eu une année pas si simple, les gréves pénalisent tout le monde : s'il y avait une petite trêve au moment des vacances de Noël, ce ne serait pas une mauvaise chose".

 

Au sujet de l'âge d'équilibre, le député la République en Marche de l'Indre, François Jolivet, issu des rangs de la gauche, a avoué hier soir sur Sud Radio avoir été stupéfait par cette annonce. "Venant de la gauche, j'étais au Parti socialiste, rappelle Cédric O, je suis extrêmement fier de cette réforme ! Cette réforme est profondément une réforme de justice sociale. Elle est plus égalitaire, plus redistributrice et crée de nouveaux droits, comme le minimum de retraite à 1.000 euros, et elle est extrêmement favorable aux femmes. Pour les femmes, elle va amener énormément d'avantages. Sur la question de l'âge d'équilibre : la question est celle de l'équilibre du système, les gens ont peur qu'il y ait des choses qu'on ne leur dise pas, explique Cédric O. Si on avait proposé tous ces nouveaux droits, cette universalité en disant : 'pour l'équilibre, on verra'. Les gens se seraient dit : 'on nous prend pour des imbéciles, ce n’est que la première vague'. On pose sur la table le principe que ce soit à l'équilibre. Si les partenaires sociaux se mettent d'accord sur un autre principe qui permet d'aller vers l'équilibre, on est prêt à l'entendre, ajoute-t-il. Le Président l'a dit : c'est une proposition. Il n'y a pas cent manières d'assurer l'équilibre : soit vous travaillez plus, c'est ce que nous proposons, soit vous baissez les retraites, soit vous augmentez les cotisations donc vous baissez les salaires", résume-t-il.

Cédric O travaille notamment sur les fake news : le président de la République a répété à plusieurs reprises qu'il ne toucherait pas à l'âge de départ à la retraite, rappelle Patrick Roger. Selon Cédric O, "à partir de 2027, date à laquelle l'âge d'équilibre sera 64 ans, les projections sont qu'il sera à 64 ans. Dans les faits, les Français avaient déjà prévu de partir à 64 ans".

 

"J'espère que [le simulateur] sera en place dans les semaines qui viennent, je n'ai pas de date exactement"

Les Français sont dans le flou au sujet du simulateur. "Il devrait être disponible dans les semaines qui viennent, indique Cédric O. Il y a encore un certain nombre de choses à préciser. Vous ne pouvez pas faire un simulateur qui promet aux gens des choses qui sont fausses, avance-t-il. On a posé un certain nombre de principes mais en fonction des situations, de la pénibilité, des horaires de nuit, vous n'aurez pas exactement les mêmes choses et on ne veut pas mentir aux Français. Grâce à ce système universel de retraites, chaque Français pourra savoir n'importe quand combien il touchera. Aujourd'hui, je mets au défi quiconque de savoir combien il touchera à moins d'un ou deux ans de sa retraite ! J'espère que [le simulateur] sera en place dans les semaines qui viennent, je n'ai pas de date exactement".

Concernant la fraude à la TVA, "il n'y a pas qu'Amazon, précise Cédric O. Il y a une fraude massive sur l'e-commerce et c'est inacceptable. Nous avons pris des mesures dans le projet de loi de finances de cette année, qui s'appliqueront à partir du 1er janvier 2021, qui doivent permettre de mettre fin à cette fraude, et qui rendent les plateformes redevables de la TVA. On ne peut pas faire en sorte qu'il y ait ce désavantage du commerce physique par rapport au commerce en ligne", confirme-t-il.

Sur la loi sur la haine en ligne, "les sénateurs ont validé l'esprit de la loi, la nécessité de la loi, ils ont apporté un certain nombre de modifications. Le fait que les grands réseaux doivent se doter d'un système de modération à la hauteur est resté là. Nous, on estime qu'ils doivent se donner les moyens de retirer les contenus problématiques en 24 heures".

 

Cliquez ici pour écouter "L’invité politique" avec Patrick Roger

Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !