Aurélien Taché : "On n'a pas toujours été suffisamment à l'écoute"

Aurélien Taché, député La République en Marche du Val d'Oise, était l'invité politique du Grand Matin Sud Radio.

"Je ne l'aurais pas dit comme ça..." Interrogé sur la sortie malheureuse de Gilles Le Gendre, lundi, selon qui le gouvernement avait été "trop intelligent" et "trop subtil" en s'adressant aux Gilets Jaunes, Aurélien Taché, député La République en Marche du Val d'Oise, s'est montré plus mesuré : "Je ne l’aurais pas dit comme ça. J’aurais plutôt dit qu’on n’a pas toujours été suffisamment à l’écoute de ce qui nous a été remonté. On a été élus il y a un an et demi, avec un projet très important qu’on a voulu mettre en œuvre rapidement et que du coup, quand vous faîtes ça, vous avez un peu la tête dans le guidon et vous n’écoutez pas toujours ceux qui vous disent 'Attention'."

 

 

Un mea culpa, le concernant, notamment sur la question du 80 km/h : "Étant moi-même élu du Val d'Oise, je ne suis pas sûr que je me sois totalement rendu compte de ce que ça pouvait vouloir dire pour quelqu'un qui prend la voiture tous les jours."

On doit pouvoir à la fois l'expliquer, mais aussi entendre ce que les Français ont à nous dire pour la modifier dans les mois à venir

C'est en ce sens, explique Aurélien Taché, que la grande concertation nationale a été lancée par l'exécutif. Un grand débat qui, selon lui, doit être relayé par les maires, mais sans oublier les députés : "Je trouve très bien qu'on s'appuie sur les maires, parce qu'aller en mairie est plus simple que d'aller en préfecture. Mais nous, députés, on est aussi un peu comptables de la politique menée depuis un an et demi. On doit pouvoir à la fois l'expliquer, mais aussi entendre ce que les Français ont à nous dire pour la modifier dans les mois à venir."

Une grande concertation dans laquelle il souhaiterait qu'il soit question d'immigration, mais pas n'importe où. Pour lui, cette question doit "figurer dans le chapitre sur la démocratie et la citoyenneté".

 

Les rubriques Sudradio