éditorial

L'édito de Véronique Jacquier

Véronique Jacquier
Politique

Allocution du Président : vous attendez-vous à des mesures spectaculaires ?

Ce soir à 20h, Emmanuel Macron apporte sa réponse aux Français après 3 mois de consultations dans le cadre du Grand Débat. On demande aux auditeurs ce matin s’ils s’attendent à des mesures spectaculaires. Que peut-il sortir des annonces du Président qui marque les esprits ?

Attention ! Prudence ce soir ! Emmanuel Macron ne va pas annoncer des mesures à effet immédiat dont on va se demander ensuite qui en bénéficie et comment ça marche. Souvenez-vous, le 10 décembre dernier, quand le Président a déclaré « le salaire d’un travailleur au SMIC augmentera de 100 euros par mois dès 2019 ». Pendant trois jours, toutes les explications données ont ruiné les effets voulues par le chef de l’Etat.

Donc ce soir, Emmanuel Macron va tenter de nous éblouir avec des annonces à effet très marketing : sans doute la création d’une agence publique pour payer les pensions alimentaires puisque 40% ne sont jamais versées. Sans doute la ré-indexation des retraites de moins de 1200 euros sur l’inflation. Sans doute une entrée plus progressive dans l’impôt sur le revenu : deux tranches à 5 et 10%. Et puis, sur le plan institutionnel, la baisse du nombre de parlementaires et l’introduction d’une dose de proportionnelle. Le chef de l’Etat ne rentrera pas dans le détail. Pour cela, fait inédit dans son quinquennat : une conférence de presse est prévue ce mercredi à l’Elysée.

Donc des mesures fortes mais rien d’audacieux. La baisse du nombre de parlementaires était prévue dans la réforme constitutionnelle…

Si ce soir Emmanuel Macron va peut-être annoncer quelque chose de vraiment spectaculaire, il va évoquer des chantiers prioritaires d’ici la fin du quinquennat : la dépendance sans doute. Mais il va demander à certains de ces ministres de se transformer en chefs de projet avec des missions spécifiques. Et surtout des résultats. Qu’enfin la politique produise des résultats dans la vie quotidienne des Français. Fini les administrations qui se moquent des applications concrètes sur le terrain. On pourrait envisager un Ministre chargé de la baisse du chômage avec toutes les administrations à sa main pour y parvenir. Ça, ce ne serait pas mal !

Mais le président l’a dit : il ne va pas sortir le chéquier. La croissance n’est pas terrible. Le pays a 2 300 milliards de dettes. L’Etat n’a plus d’argent et a déjà renoncé à l’équilibre budgétaire en décembre en mettant sur la table 10 milliards. Alors, à 20h, Emmanuel Macron lance l’acte II de son quinquennat et ce sera quitte ou double avec les Français mais ce ne sera pas le grand soir…

Les rubriques Sudradio