Alain Griset : le gouvernement va "couvrir les frais fixes" de certaines entreprises

Alain Griset, Ministre délégué chargé des Petites et Moyennes Entreprises, était l’invité du “petit déjeuner politique” de Patrick Roger le 4 février 2021 sur Sud Radio, à retrouver du lundi au vendredi à 7h40.

Alain Griset interviewé par Patrick Roger sur Sud Radio le 4 février 2021 à 7h40.

La question d’un nouveau confinement reste d’actualité, même si le gouvernement a décidé de jouer la carte de la responsabilité des Français avant toute annonce. "Le président de la République a choisi tout d’abord le couvre-feu", rappelle Alain Grise, ministre délégué chargé des PME de plus en plus inquiètent. "C’est un geste fort, parce qu’effectivement tout le monde sait, le Président en premier, que le confinement est quelque chose de difficile à supporter", estime-t-il.

"On a cette possibilité" d’éviter le confinement

"Nous comptons que chacun, à sa place, joue son rôle pour qu’effectivement nous puissions tenir comme ça", indique le ministre pour qui, si tous les Français respectent les règles sanitaires, "on a cette possibilité" d’éviter le confinement. "Si on tient encore quelques semaines, je pense qu’on est dans une direction favorable. Mais, on n’est pas à l’abri", souligne Alain Griset. À cause, notamment, du variant anglais "qui se diffuse plus".

Les soldes d’hiver ont été doublement frappés par des mesures sanitaires : le couvre-feu à 18 heures et les magasins des centres commerciaux fermés. "Pour l’instant, on n’a pas évoqué d’extension" de la période des soldes, rapporte Alain Griset. À la fin des soldes, une analyse sera réalisée avec le ministère de l’Économie : "on pourrait peut-être avoir une mesure spécifique sur les stocks", annonce le ministre délégué chargé des PME. "L’objectif, vous savez, depuis presque un an, du gouvernement, c’est de trouver des solutions à la situation", rappelle-t-il.

"On a une possibilité de compensation jusqu’à 10.000 euros de chiffre d’affaires"

La distribution des aides aux entreprises continue de faire débat, certaines entreprises ne réussissant pas à faire face à leurs charges. "Tous les jours, sans exception, je rencontre des représentants des différentes branches professionnelles", assure le ministre. Chacun a ses propres problèmes, pour les salles de sport, par exemple, "on a pris une décision qui était importante puisque depuis le mois de décembre on a une possibilité de compensation jusqu’à 10.000 euros de chiffre d’affaires" ainsi que la compensation de certains frais fixes, note Alain Griset.

Toutefois, "dans certains cas, 20 % de frais fixes ne suffisent pas", bien que ces situations soient minoritaires. De fait, il annonce qu’un nouveau décret permettra "d’avoir une prise en charge des frais fixes au-delà de ces 20%" et qui va "couvrir les frais fixes". Ce seront "des cas individuels", précise le ministre, pour que "sur justificatif, on puisse payer ces frais fixes".

 

"Aujourd’hui, nous avons des dispositifs qui arrivent vraiment à couvrir 99 % des cas", se félicite le ministre concernant les entreprises qui ne correspondent à aucune case prévue pour les mesures d’aide. "On est plus, maintenant, presque sur des situations spécifiques, particulières, que sur des mesures transversales", précise-t-il.

Les saisonniers, dépendants du secteur du tourisme, sont fortement impactés. "Ce que nous conseillons aujourd’hui, c’est aux professionnels de les embaucher, de façon à leur permettre d’avoir des droits suffisants pour avoir droit au chômage", répond Alain Griset qui, toutefois, déclare qu’il ne peut pas obliger les employeurs à les embaucher. "Le gouvernement a appelé les employeurs à les embaucher", rappelle-t-il. "Au bout du compte, les employeurs ont intérêt, parce que ces saisonniers-là, ils en auront besoin un jour, de toute façon. Donc l’objectif c’est de garder les compétences", explique le ministre.

"Nous n’avons pas de date" pour les restaurants

Les restaurateurs continuent d’être fermés, et les appels à la désobéissance se multiplient alors qu’aucune date de réouverture n’a été annoncée. "Nous n’avons pas de date", confirme Alain Griset. "Personne n’est capable, y compris dans le milieu médical, de nous dire quand tout ça sera terminé", bien qu’un véritable espoir existe : le vaccin. "Je comprends toujours leur désir de travailler, et que les aides ne vont pas compenser ça. Mais, néanmoins, les aides sont là", insiste le ministre.

 

Cliquez ici pour écouter "L’invité politique" avec Patrick Roger

Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !