Air France : pour F. Philippot, “l’Etat a laissé pourrir la situation”

Si le vice-président du FN condamne les violences entre les représentants syndicaux et la direction d’Air France, il estime que l’État a également une grande part de responsabilité dans la situation de la compagnie aérienne.
Invité de Territoires d'infos sur Sud Radio et Public Sénat, Florian Philippot a réagi aux violences qui ont émaillé le comité central d'entreprise d'Air France en début de semaine."Quand on agresse quelqu'un, on est un voyou, mais le responsable, à la base, c'est l'Etat, qui a en plus mis de l'huile sur le feu en ne facilitant pas les négociations, a lancé le vice-président du Front national. Si un Etat prend parti outrageusement pour un camp tout de suite, ça braque tout le monde."Florian Philippot craint "que le Gouvernement n'organise la mort d'Air France ou son rachat par une compagnie étrangère", regrettant l'ouverture de "nouveaux couloirs aériens pour Qatar Airways"."On se demande si le Gouvernement ne serait pas heureux qu'Air France soit racheté par une grande compagnie internationale", a conclu le vice-président du FN.
Regardez l'interview de Florian Philippot, vice-président du FN et tête de liste aux régionales en Alsace-Lorraine-Champagne-Ardenne, invité de “Territoires d’infos” sur Sud Radio et Public Sénat.
Les rubriques Sudradio