Adrien Quatennens : "L'étude d'impact sur la réforme des retraites est truquée"

Le député France Insoumise du Nord, Adrien Quatennens était l’invité du “petit déjeuner politique” de Patrick Roger le jeudi 13 février sur Sud Radio, à retrouver du lundi au vendredi à 7h40.

Adrien Quatennens interviewé par Patrick Roger sur Sud Radio le jeudi 13 février à 7h40.

La Cour d'appel de Paris s'est prononcée en faveur de la libération du maire de Levallois-Perret, Patrick Balkany. Une décision de justice respectée par Adrien Quatennens qui ne souhaite pas la commenter. "Je ne suis pas pour le tribunal populaire", confie-t-il.

 

Un désordre social "important"

À quelques semaines des élections municipales, "il y a un désordre social important aujourd'hui", reconnaît Adrien Quatennens. "Oui des gens finissent par s'impatienter. Je ne le cautionne pas mais je l'explique", précise-t-il. Et face aux accusations de Brune Poirson qui a traité Jean-Luc Mélenchon "d'enfant pourri par la démocratie" qui légitime les violences, le député du Nord répond : "Je ne comprends pas pourquoi Brune Poirson a perdu pied hier". Il propose "d'organiser un débat républicain face à ces tartufes de l'écologie". "La démocratie ce n'est pas 'vote une fois tous les 5 ans et reste à la maison' !", insiste-t-il.

Accusé de faire de l'obstruction sur le projet de réforme des retraites, Adrien Quatennens rappelle que "dans le programme d'Emmanuel Macron, il y avait écrit qu'il ne toucherait ni au niveau des pensions ni à l'âge de départ. C'est donc le contraire qui se passe aujourd'hui". Le député ajoute que "Macron a perdu la bataille de l'opinion" et accuse en retour le gouvernement d'être à l'origine du blocage. "L'obstruction est le fait du gouvernement : 4 jours pour lire une étude d'impact truquée de 1000 pages !", dénonce-t-il.

Que Macron "assume"

Pour Adrien Quatennens, "tous les arguments de l'opposition ont été validés par le Conseil d'État". "Si Emmanuel Macron était honnête il se présenterait devant les français en assumant demander à travailler plus longtemps ! Au moins la droite l'assume", s'indigne le député. "Macron bluffe, il fait du poker", déplore-t-il.

"La valeur du point n'offre aucune garantie sur le niveau des pensions ! Le but du système à points c'est de contenir la part des richesses consacrée aux retraites", estime l'élu. "La variable d'ajustement devient la vie des gens !", dénonce-t-il. "Emmanuel Macron ne répond pas aux deux questions essentielles : à quel âge je peux partir et avec combien ?", ajoute Adrien Quatennens.

Les insoumis quant à eux proposent "de partir à 60 ans, et cela se finance avec 2 points de PIB de plus. C'est une question de choix", annonce le parlementaire. "Je ne suis pas là pour respecter le calendrier posé par Macron sur une réforme aussi importante que celle là !", prévient-il. 19.000 amendements déposés par son groupe parlementaire, c'est "19.000 occasions de défendre leur projet pour les députés LREM mais ils sont mutiques", déplore l'élu.

Un tournant écologique, vraiment ?

Le texte initial du gouvernement sera présenté lundi prochain. "J'appelle à ce qu'il y ait des mobilisations de nouveau", annonce Adrien Quatennens. "Notre méthode aura fait des émules pour la séance, nous pourrons obtenir le retrait. Nous présenterons plus d'amendements !", prévient-il. "Je dis à Emmanuel Macron : Si vous ne retirez pas le projet, faites un référendum!", appelle le député insoumis.

"Emmanuel Macron est un champion de la com'. Ce sont des tartuffes de l'écologie : hier au Parlement européen, les LREM ont voté un accord de libre échange avec le Vietnam !", dénonce-t-il. "On nous parle du tournant écolo de Macron mais c'est de l'écologie de la communication !", s'indigne Adrien Quatennens.

Cliquez ici pour écouter "L’invité politique" avec Patrick Roger

Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !