éditorial

L'édito de Véronique Jacquier

Véronique Jacquier
Politique

Acte 29 : Les Gilets Jaunes sont-ils finis ?

Les gilets jaunes sont-ils finis ? C’est la question que nous posons aux auditeurs ce matin. Demain acte 29 de la mobilisation ! Mais au fil des samedis ils sont de moins en moins nombreux. Le mouvement touche t’il à sa fin Véronique Jacquier ?

Le mouvement des gilets jaunes avec cortège le samedi touche surement à sa fin. Ils étaient 12 500 (selon les chiffres du ministère de l’intérieur) à se mobiliser dans toute la France il y a une semaine. Les gilets jaunes avancent eux le chiffre de 35 000. Ce n’est quand même pas beaucoup dans un pays ou le corps électoral est composé de 47 millions de personnes. Les gilets jaunes s’interrogent d’ailleurs sur la
façon de peser dans le débat. Ils sont divisés sur la pertinence de continuer à défiler. Moins ils vont être nombreux, plus ils vont être ringardiser. Alors quelle solution pour exister ? Maintenir l’esprit fraternel des ronds points en en réoccupant certains ? Les initiatives ne sont pas nombreuses.

Ou bien réfléchir à s’investir pour les élections municipales ? Mais les résultats obtenus lors des européennes douchent les prétentions. La liste Alliance Jaunes de Francis Lalanne a fait 0,54% soit 122 332 voix. La liste Evolution citoyenne de Christophe Chalençon à peine 0,01% soit 2117 bulletins de vote.

Les hommes politiques qui ont joué sur la colère des gilets jaunes n’ont pas pour autant raflé la mise. Exit Nicolas Dupont Aignan et Florian Philippot. Pourtant souvenez-vous en décembre dernier, une liste gilets jaunes dans les sondages était donnée à 12% !

Pourquoi la colère sociale n’a-t-elle pas de débouché politique ? Pas de revendications suffisamment lisibles, et pas de leader. Les gilets Jaunes qui voulaient donner une leçon à Emmanuel Macron ont à 44% voté pour le Rassemblement National selon l’IFOP. Ca veut direune chose : les gilets jaunes qui ne lâchent rien dans la rue c’est en train doucement de se terminer. Mais la colère elle n’est pas prête de
s’éteindre.

Quelle forme va-t-elle prendre cette colère si elle disparait de la rue ? Elle se traduit déjà par une plus forte mobilisation de la France Périphérique lors d’une élection. On l’a vu dimanche. Le mouvement a permis de repolitiser des abstentionnistes. Mais les gilets jaunes disent que rien n’est réglé sur la question du pouvoir d’achat. Ils n’ont pas tort ! Demain le tarif de l’électricité augmente de 6% …Le contrôle technique se durcit…L’essence continue à augmenter… 72% des français souhaitent un changement de cap de la part d’EmmanuelMacron. Il ne le fera pas. Il a choisi de s’installer dans l’affrontement avec Marine Le Pen. C’est très dangereux pour la démocratie qu’il n’y ait plus de partis politiques traditionnels pour servir de sas de décompression au ressentiment et aux frustrations. Du coup nous restons dans un climat volatil, pré-insurrectionnel. Le feu couve. Il ne faut pas grand-chose avec la reforme de l’assurance chômage, avec celle des retraites pour qu’il reparte en septembre…

Les rubriques Sudradio