éditorial

L'édito de Yolaine de La Bigne

Yolaine de La Bigne
Monde

Pourra-t-on bientôt diriger les nuages ?

Pour résoudre les conséquences du réchauffement climatique, on tente de maîtriser les nuages, est-ce bien sérieux ?

Certains ingénieurs partent dans de grands délires, on appelle ça la "géo-ingénierie", des inventions parfois folles pour contrer le changement climatique. Maintenant qu’on va au-dessus des 2° et que les humains n’ont pas l’air de vouloir changer beaucoup leurs habitudes, il faut trouver des solutions urgentes pour éviter le four. Certains ne resteront que des projets fous et tant mieux car contrôler la nature peut être extrêmement dangereux. Mais parmi les pistes sérieuses qui inspirent beaucoup ces professeurs Tournesol, il y a les nuages, ce miracle du quotidien qui enchante les peintres et nous offre la pluie. Or les nuages abaissent aussi la température de la planète d’où le fantasme de les faire grossir pour faire barrage au rayonnement du soleil. Parmi les idées folles, celle du physicien John Latham qui propose d’injecter des gouttelettes d’eau dans les nuages pour les augmenter et celle de l’ingénieur Stephen Salter qui imagine des navires sans pilote, contrôlés par satellite qui sillonneraient les océans en projetant de l’eau de mer en l’air.

On est un peu dans le délire mais certaines recherches semblent plus réalistes comme celle des israéliens qui travaillent sur une algue, Emilia/nia hux/leyi, qui prolifère dans l’Atlantique. Elle peut projeter dans l'air, via les embruns, des noyaux de condensation qui pourraient créer des nuages. C’est un phénomène local que l’on vient de découvrir et les chercheurs de l’institut Weizman des Sciences pensent qu’il en existe sans doute ailleurs et que cela pourrait être une solution intéressante vu le nombre impressionnant d’algues dans les océans. C’est une piste à suivre. L’Australie est très active dans le domaine et le gouvernement a débloqué des fonds pour tenter de sauver la grande barrière de corail qui se porte très mal ce qui est très inquiétant pour notre avenir.

Et elle travaille aussi pour éclaircir les nuages. Comment ? En y injectant des petites gouttelettes d’eau de mer. Quand l’eau se vaporise, il resterait des particules de sel qui flotterait dans l’air ce qui permettrait de mieux réfléchir la lumière solaire et du coup de faire barrage pour protéger les coraux de la chaleur, un peu comme un parasol géant. Cela semble complètement farfelu mais le but est de nous faire gagner du temps en attendant des solutions plus durables. Et les scientifiques y croient, espérons qu’ils ne soient pas trop dans les nuages pour le coup !

Les rubriques Sudradio