Les deux Corées se sont mis d'accord sur la tenue d'un sommet à la frontière fin avril.

Après avoir rencontré le leader nord-coréen Kim Jong-un, l'émissaire Chung Eui-yong (conseiller pour la sécurité de la présidence sud-coréenne) a annoncé que les deux Corées s'étaient entendues ce mardi sur la tenue d'un sommet, qui sera organisé sur la frontière du 38e parallèle nord à la fin du mois d'avril. Autre signe de rapprochement, les deux États ont également convenu d'ouvrir une ligne de communication d'urgence entre leurs deux dirigeants. 

Dans le même temps, Pyongyang aurait promis de suspendre ses essais nucléaires ainsi que ses tests de missiles le temps des discussions, exprimant par ailleurs sa volonté de s'engager sur la voie de la dénucléarisation, à condition que sa sécurité soit garantie.

Ce sommet, le premier du genre depuis 11 ans, sera le troisième seulement entre les deux ennemis héréditaires depuis la fin de la guerre de Corée, officieusement terminée depuis 1953, bien que les deux pays soient toujours en conflit dans les faits. Il se déroulera dans le village de Panmunjom, situé au milieu de la Zone démilitarisée qui sépare la péninsule et fait office de frontière entre les deux États.

M. Chung et les diplomates qui l'ont accompagné pour rencontrer Kim Jong-un sont les plus hauts responsables du Sud à se rendre en Corée du Nord depuis plus de 10 ans. Un dégel qui intervient dans la foulée d'un rapprochement déjà notable, observé lors des récents Jeux olympiques d'hiver, qui se sont déroulés à Pyongchang (Corée du sud). Ces mêmes diplomates doivent se rende dès demain à Washington afin de rendre compte de ce déplacement à la Maison blanche.

Vos réponses pour cet article

Ajouter un commentaire

Les rubriques Sudradio