Laurent Attar-Bayrou : "en Afghanistan on s'est trompés d'ennemi et de lutte"

Laurent Attar-Bayrou, président national de la Fédération nationale des anciens des missions extérieures de l’armée française, était l'invité de Jean-Marie Bordry dans "Les vraies voix" le 16 août 2021 sur Sud Radio.

Des habitants de Kaboul marchent vers l'aéroport dans l'espoir de quitter le pays. (© AFP)

Les Talibans viennent de prendre le pouvoir en Afghanistan. Cela veut-il dire que la guerre que les pays occidentaux y ont menée a été pour rien ?

 

"Faites quelque chose pour qu’on ne revienne pas sur le terrain"

"On pourrait aujourd’hui penser que nos militaires se sont engagés pour rien, bien qu’un militaire réponde à une décision politique. Toute la coalition a perdu quelque 4300 militaires, et 22.000 ont été blessés sur toute la coalition. Et tout cela, pour quoi ? Pour retrouver les Talibans au pouvoir ? Alors qu’on nous disait que les Américains négociaient avec les Talibans pendant des mois pour un retour à la paix. Cela nous fait penser au retrait des troupes américaines de Saïgon. On revit l’histoire. L’Afghanistan est certes difficile, les militaires français y ont fait un très beau travail depuis 2007.

On vient d’être plus ou moins victorieux en Irak, on vient de chasser ce gouvernement, et maintenant ils reviennent en Afghanistan. On va peut-être revivre le Bataclan parce qu’ils vont se réinstaller dans leurs bases. J’aurai un mot à dire à ces messieurs les politiques, pour ceux qui ont versé leur sang : arrêtez, faites quelque chose pour qu’on ne revienne pas sur le terrain."

"40.000 soldats français sont passés par l’Afghanistan"

La coalition, a-t-elle donc perdu cette guerre ? "Les militaires qui y étaient n’ont pas perdu cette guerre, ils ont fait ce qu’on leur a demandé avec les moyens qu’ils avaient. Peut-être que la diplomatie ou les politiques ont perdu, mais pas les soldats. Toujours est-il que le résultat est le même, sans doute parce qu’on s’est trompés d’ennemi et de lutte. Il faut lutter contre une idéologie qui se répand sur toute la surface, on est au Mali, on ne va pas retourner en Afghanistan. Il faut arrêter ces va-et-vient", a poursuivi Laurent Attar-Bayrou.

Quid des interprètes qui ont servi l’armée française en Afghanistan ? "On a ramené une partie de nos interprètes, ceux qui ont servi l’armée française ont été reconnus et rapatriés en France, ils ont la Croix du combattant", a répondu Laurent Attar-Bayrou, avant de rappeler que 40.000 soldats français sont passés par l’Afghanistan depuis 2001.

 

Cliquez ici pour écouter "Les vraies voix" avec Jean-Marie Bordry
Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !