Irma : "Miami est totalement déserte, il n’y a plus un chat, je n’avais jamais vu ça"

Miami se prépare pour l'ouragan Irma (©AFP)
Miami se prépare pour l'ouragan Irma (©AFP)

Document Sud Radio. Alors que l’ouragan Irma s’apprête à frapper la Floride, les rares habitants restés à Miami se préparent au pire, comme nous le confie Sam Zniber, consultant et coach vivant sur place, au micro de Sud Radio.

Après les Petites Antilles, et notamment Saint-Martin et Saint-Barthélémy qui sont aujourd’hui quasiment entièrement dévastées, l’ouragan Irma s’apprête à frapper la côte sud-est des États-Unis. Dans une Floride habituée à vivre ce genre de catastrophes climatiques, Miami se prépare au pire. La majeure partie des habitants a quitté la métropole, comme nous le confie Sam Zniber, consultant et coach sur place, au micro de Sud Radio.

"Ils éteignent tout ce soir à 22h, je resterai au 52ème étage"

"Je n’ai pas envisagé de partir. Je suis au 52ème étage dans mon appartement, et quand je regarde les routes à partir de chez moi, c’est totalement désert. La ville a été totalement désertée. Je vois des hélicos, et des routes et autoroutes complètement vides. Miami n’a jamais été aussi calme, il n’y a plus personne. Je n’ai jamais vu ça, il n’y a plus un chat, la ville est totalement vidée ! Tout est fermé. Le supermarché du quartier a fermé hier soir à 23h, et dans mon immeuble ils éteignent tout ce soir. Je resterai donc bloqué puisque je suis au 52ème étage et je ne vais pas m’amuser à monter et descendre sans ascenseur", nous assure-t-il.

"Je peux tenir 15 jours en faisant attention"

Prévoyant, Sam a pris quelques dispositions avant de se calfeutrer chez lui. "Beaucoup d’eau dans le frigo, beaucoup de courses, beaucoup de choses qu’on peut conserver puisque de toutes façons à partir de ce soir 22h on n’aura plus ni eau ni électricité… Un kit de survie, des protections sur les fenêtres, toutes les choses assez basiques…", indique-t-il avant de préciser pouvoir "tenir 15 jours en faisant attention".

"Ceux qui se sont mal démerdés ont fait 25h de route"

"À mon étage, il doit y avoir deux autres personnes qui sont restés. J’ai aussi des amis qui habitent ici mais au 16ème étage, donc ce ne sera pas très facile d’aller les voir", déclare-t-il avant d’évoquer le cas des habitants qui ont fui la ville. "Il y a ceux qui ont bien géré leur départ et qui ont réussi à prendre un avion hier ou avant-hier pour passer quelques jours en Arizona ou à New York. Et il y a ceux qui se sont mal démerdés et qui ont fait 25 heures de route dans les embouteillages, avec des difficultés pour trouver de l’essence et toutes les tensions qu’on peut imaginer. C’est ça que je ne voulais pas vivre", dit-il.

Propos recueillis par Félix Mathieu

Sur le même sujet
Vos réponses pour cet article

Vos réactions sur cet article

Olina
- Samedi 9 septembre 2017 à 10:33

Il faut aussi s'occuper des pauvres Haïtiens...c'est eux qui en ont le PLUS BESOIN

Ajouter un commentaire

Les rubriques Sudradio