Sandrine Arcizet : "Pas mal de personnes se sont mises au sport pendant le confinement"

Sandrine Arcizet, qui anime "Gym Direct" tous les matins à 6h sur C8, était l’invitée de Valérie Expert et Gilles Ganzmann sur Sud Radio le 28 mai dans "Le 10h - midi".

Sandrine Arcizet : "Les gens étaient demandeurs de séances en famille". © AFP

"Pendant le confinement, les gens avaient besoin de s'aérer la tête et ça passe par le sport"

Sandrine Arcizet a accompagné beaucoup de personnes pendant le confinement, grâce à l'émission "Gym Direct" diffusée tous les matins à 6h sur C8 : 30 millions de vues sur le compte Facebook sur lequel le cours était diffusé. "Je me suis rendue compte que pendant le confinement, les gens avaient besoin de s'aérer la tête et ça passe par le sport. Pas mal de personnes se sont mises au sport alors qu'elles n'en avaient jamais fait avant le confinement ! a-t-elle pu constater. Le sport est bon pour le physique bien sûr, mais aussi pour la tête" rappelle-t-elle.

"Ce qui fonctionne toujours bien, c'est la taille et les abdominaux explique-t-elle, ainsi que les fessiers. Les gens étaient demandeurs de séances en famille précise-t-elle. Les gens avaient besoin de bouger, de se dépenser : les cours de cardio à la maison, où on saute, on bouge, on danse, ont également bien fonctionné".

 

"On ne doit pas être en échec, sinon on ne veut pas continuer !"

Les gens vont-ils continuer à faire du sport avec l'arrêt du confinement ? "Je me suis posée la question de continuer à 18h tous les soirs en direct sur le Facebook de 'Gym Direct'. J'ai perdu des personnes, mais il y a quand même encore beaucoup de personnes assure Sandrine Arcizet. Pas mal de personnes se sont mises au sport, c'est devenu quelque chose d'important dans leur planning, que le sport leur fait du bien" insiste-t-elle, tout en conseillant d'y aller progressivement. "Il faut s'échauffer avant, c'est très important, pour bien préparer l'organisme à l'effort et éviter de se blesser. Ensuite, on y va progressivement".

"Dans tous mes cours je donne des options souligne Sandrine Arcizet, pour débutants, intermédiaires, confirmés, pour que tout le monde puisse y arriver. Selon elle, c'est vraiment ça le but du sport, qui doit être dans le sourire et la bonne humeur, on ne doit pas être en échec, sinon on ne veut pas continuer !"

 

"J'ai vraiment pensé que j'allais mourir"

Le sport a toujours fait partie de la vie de Sandrine Arcizet confie-t-elle. "J'ai commencé avec le patinage artistique, danse sur glace, puis je me suis mise au fitness, j'ai passé mon diplôme. C'est important d'être diplômé estime-t-elle, car on a la notion de la sécurité, même lorsqu'on ne les voit pas et qu'ils sont tous seuls chez eux.

Sandrine Arcizet a frôlé la mort il y a quelques mois. "Je me suis fait opérer à coeur ouvert fin octobre, ce fut une grande surprise, je n'avais aucun symptôme raconte-t-elle. J'avais un anévrisme sur l'aorte, j'ai vraiment pensé que j'allais mourir. Je ne pensais pas pouvoir reprendre cette forme, cette dynamique que j'avais avant l'opération. Mais le corps et le mental sont bien faits, on reprend vie ! C'est ce qui me fait avancer maintenant, l'avenir est beau malgré tout ce qui se passe. Il faut continuer à avancer et le sport est très important !"

 

 

Cliquez ici pour retrouver l'intégralité de l’interview média en podcast.

Retrouvez l'invité média de Valérie Expert et Gilles Ganzmann du lundi au vendredi à partir de 10h00 sur Sud Radio dans "Le 10h - midi".

Sur quelle fréquence écouter Sud Radio ? Cliquez ici !