Jean-Pierre Pernaut : "'Au cœur des régions' s’adresse à tous ceux qui aiment les régions"

Jean-Pierre Pernaut, l'ancien journaliste de TF1 amoureux des régions, était l’invité de Valérie Expert et Gilles Ganzmann sur Sud Radio le 5 juillet 2021 dans "Le 10h - midi".

Jean-Pierre Pernaut, invité de Valérie Expert dans "Le 10h - midi" sur Sud Radio.

Jean-Pierre Pernaut apporte son concours au magazine "Au cœur des régions", qui vient d'être lancé. L'ancien animateur du "13 heures" de TF1 nous a raconté de quoi est fait le premier numéro et ce qu'il faut attendre de ce magazine.

 

Jean-Pierre Pernaut : "'Au cœur des régions' s’adresse aux gens qui sont conscients de nos racines et qui se battent pour les défendre"

"Je ne prends pas ma retraite, je change de rythme. À 71 ans, ça va faire beaucoup certes. Depuis mon départ du ‘13 heures’, je me suis lancé dans plein d’activités. Mon livre chez Michel Lafon, ‘Trente-trois ans avec vous’. Il y a eu la JPP TV, la plateforme numérique avec des reportages sur le patrimoine. Il y a eu les grands reportages les dimanches après-midi sur TF1, il y en a un qui a battu le record d’audience sur l’Alsace. Puis, il y a eu ‘Jean-Pierre et vous’, tous les samedis sur LCI, même si on a arrêté pour l’été. Et puis, je rêvais d’avoir un magazine de presse écrite qui ressemble à ce que je faisais dans le 13 heures et donc on a lancé ‘Au cœur des régions’.

'Au cœur des régions' est un magazine qui s’adresse à tous ceux qui aiment les régions. Cela peut d’ailleurs être des citadins qui aiment les régions, il y en a de plus en plus qui ont découvert les bienfaits de la vie en région depuis les confinements et les déconfinements. Il s’adresse aux gens qui sont conscients de nos racines et qui se battent pour les défendre. On découvre la France : c’est bourré de photos et d’informations pratiques. Il y a aussi des personnages à découvrir, par exemple, les tailleurs de pierres de la Fondation Notre-Dame de Strasbourg, qui se battent pour cette cathédrale. Dans le numéro un, il y a une rencontre avec un écrivain savoyard. Et puis des dossiers d’actualité avec les problématiques qui se posent pour les régions. On a beaucoup parlé de télétravail : il y a 12 ou 13 millions de Français qui ne peuvent pas aller sur Internet parce qu’ils n’ont pas Internet. Cela fait partie des dossiers qu’on abordera tous les deux mois.

Dans ce magazine, on a aussi les pages 'La France du bout du monde'. Car la France, elle est partout dans le monde. Dans ce premier numéro, on part découvrir l’île de Tromelin, qui n’est pas loin de Madagascar et où des esclaves avaient été oubliés pendant des années. Il y en avait 80 au départ, 8 lorsqu’on a sauvé les derniers. C’est une île française revendiquée par Madagascar", a raconté Jean-Pierre Pernaut.

"On montre à la fois que c’est magnifique et on revendique la défense du terroir"

"Il y a des magazines très bien faits comme Pyrénées Magazine ou Alpes Magazine, qui montrent les richesses touristiques des régions. Nous aussi on fait ça – les gens vont s’y retrouver, et puis ils vont avoir l’envie de découvrir par eux-mêmes derrière. Dans le premier numéro, il y a par exemple quelques pages sur la découverte du Périgord, sur la vallée de la Vézère. Mais nous, on montre aussi des personnages et des problématiques régionales. On montre à la fois que c’est magnifique et on revendique la défense du terroir. On met en une de ce magazine des tas d’exemples. On parle des jeunes qui se battent pour développer des sociétés, des villages qui se battent pour être les plus beaux de France, d’un couple qui a créé une coopérative pour mieux exploiter la laine de leurs moutons… On les met en avant, avec plein d’informations pratiques, et puis mes coups de gueule. Ça me manquait du 13 heures, il y a quelques coups de gueule que je pique sur l’actualité de ces dernières semaines.

Quid de la défense des traditions ? "Les traditions, il faut qu’on se batte pour les défendre. Partout en France, il y a des gens qui se battent pour défendre leur patrimoine. En Alsace, on se bagarre pour défendre les maisons à colombages, chaque année, il y en a 300 qui disparaissent. Il y a des paysages aussi qui sont à défendre, j’ai un coup de gueule sur les éoliennes par exemple. Ces jours-ci, on parle beaucoup de la chasse aussi, on dit qu’il faut interdire la chasse. Et pourtant, c’est des traditions qui sont vivantes dans toutes les régions. On a fait une enquête pour se demander : 'vous supprimez la chasse, qu’est-ce qui se passe si on la supprime ?'. C’est 280.000 emplois qui disparaissent. Qui va payer l’entretien des forêts, qui va payer l’entretien de la nature ? Qui sont les gens qui connaissent le mieux la nature aujourd’hui ? C’est les chasseurs. Pourquoi y a-t-il encore des perdrix en France ? Parce qu’il y a des chasseurs, pas parce qu’il y a des élevages. Ces pages vont intéresser à la fois les gens qui aiment la chasse et ceux qui ne l’aiment pas", a déclaré Jean-Pierre Pernaut.


Cliquez ici pour retrouver l'intégralité de l’interview média en podcast.

Retrouvez l'invité média de Valérie Expert et Gilles Ganzmann du lundi au vendredi à partir de 10h00 sur Sud Radio dans "Le 10h - midi".

Sur quelle fréquence écouter Sud Radio ? Cliquez ici !