Jean-Michel Aphatie : "Emmanuel Macron, la victoire lui tombe dessus en 2017"

Jean-Michel Aphatie, journaliste et auteur du livre "Les Amateurs, les coulisses d’un quinquennat (burn out, démissions, trahisons, panique… le voile se déchire sur le quinquennat)" (Éditions Flammarion), était l'invité de Valérie Expert et Gilles Ganzmann sur Sud Radio le 29 septembre 2021 dans "Le 10h - midi".

Jean-Michel Aphatie, invité de Valérie Expert dans "Le 10h - midi" sur Sud Radio.

Ce nouveau livre de Jean-Michel Aphatie est sorti le 8 septembre 2021.

 

"Emmanuel Macron n’avait pas réfléchi à comment il serait président de la République"

 

Comme l’explique Jean-Michel Aphatie, le titre de son livre est venu lorsqu’Emmanuel Macron a dit aux députés LREM en février 2020 : "si les professionnels, ce sont ceux qu'on a virés il y a deux ans et demi, et que les amateurs c'est vous, alors soyez fiers d'être amateurs !". "Et puis, Emmanuel Macron, qui n’avait jamais été élu avant d’être élu président de la République, avait ce petit côté amateur, qui a plu aux Français."

 


Alors, en quoi Emmanuel Macron est-il amateur ? "La mécanique elle-même, il n’a pas su gérer dès le début. Dans l’organisation, dans la manière de prendre les décisions il y avait un certain amateurisme. Je crois profondément que lorsqu’il entre en campagne à l’automne 2016, Emmanuel Macron n’imagine pas du tout entrer à l’Élysée. C’est à partir de mars 2017 que la victoire est plus qu’une possibilité, presqu’une certitude. Il n’a pas réfléchi à tout ça : à la manière dont on parle français quand on est président de la République, à la manière dont on organise la marche de l’État quand on en a la responsabilité… Le vrai amateurisme, c’est : la victoire lui tombe dessus alors qu’elle n’était pas du tout envisageable au début de l’année 2017", a déclaré Jean-Michel Aphatie.

 

"Emmanuel Macron connaît la fragilité psychologique de Gérard Collomb mais le nomme quand même au poste"

 

Au cours de cet entretien, Jean-Michel Aphatie est également revenu sur l’épisode Gérard Collomb. "Gérard Collomb avait fait un vrai burnout, pour des raisons personnelles qui n’ont pas à être évoquées. Mais début 2014, il est candidat à sa réélection à la mairie de Lyon, et ses amis confient qu’à un moment, il est sur le point de renoncer. Il envisage même, le jour où il faut déposer les listes en préfecture, de ne pas le faire. Puis, au moment de rencontrer Emmanuel Macron, ça lui redonne un peu d’énergie. Au moment de composer un gouvernement, Emmanuel Macron et Alexis Kohler, le secrétaire général de l’Élysée, connaissent la fragilité psychologique de Gérard Collomb, mais le nomment quand même au poste. Et Gérard Collomb n’a pas su gérer. Gérard Collomb voulait être ministre de l’Intérieur, c’est un poste prestigieux."

 

"La carrière qu’il a construite permet à Édouard Philippe de monter son parti politique"

 

Jean-Michel Aphatie révèle aussi qu’Édouard Philippe et Emmanuel Macron se connaissaient à peine et que tout au long du mandat d’Édouard Philippe, ils avaient des désaccords. "Édouard Philippe critique beaucoup Emmanuel Macron en janvier-février 2017, il y a des chroniques de Libération. Puis, en mars 2017, à sa grande surprise, Emmanuel Macron l’appelle et lui dit : ‘est-ce qu’on peut travailler ensemble ?’. Édouard Philippe se rend compte que c’est un accélérateur de carrière formidable, il va donc supporter beaucoup d’approximation et d’amateurisme de la part du chef de l’État parce qu’il sait qu’il a touché le gros lot. Édouard Philippe a construit une carrière qui lui permet aujourd’hui de monter son parti politique et envisager être l’un des acteurs les plus importants du prochain quinquennat, soit en soutenant Emmanuel Macron s’il est réélu, soit en devenant opposant à celui ou celle qui succéderait à Emmanuel Macron."


Cliquez ici pour retrouver l'intégralité de l’interview média en podcast.

Retrouvez l'invité média de Valérie Expert et Gilles Ganzmann du lundi au vendredi à partir de 10h00 sur Sud Radio dans "Le 10h - midi".

Sur quelle fréquence écouter Sud Radio ? Cliquez ici !