Jacques Cardoze : "La mort de la télé, ce n'est pas pour demain !"

Le journaliste Jacques Cardoze, que vous retrouverez jeudi 11 juin à 22h50 sur France 2 dans l'émission "Complément d’enquête : Et si c’était la fin de la télé ?", était l’invité de Valérie Expert et Gilles Ganzmann sur Sud Radio le 11 juin dans "Le 10h - midi".

Jacques Cardoze, invité de Valérie Expert le 11 juin dans "Le 10h - midi" sur Sud Radio.

Jacques Cardoze : " il y a 10 ans, TF1, M6 et France Télévisions se faisaient la guerre et aujourd'hui, elles sont ensemble"

Les enquêtes menées pour le numéro de "Complément d’enquête" : "Et si c’était la fin de la télé ?", diffusé jeudi 11 juin à 22h50 sur France 2, ont été commencées avant le Covid-19. Trois reportages très différents, pour évoquer les bouleversements de la télévision aujourd'hui en France et dans le monde. "On a d'abord une enquête qui oppose la télévision linéaire aux plateformes, explique Jacques Cardoze : on raconte que le match à changé, il y a 10 ans, TF1, M6 et France Télévisions se faisaient la guerre et aujourd'hui, elles sont ensemble dans cette aventure qui verra le jour à la fin de l'année, avec cette plateforme européenne, Salto.

 

Aujourd'hui, la menace vient des plateformes, qui sont vues par 5 à 6 millions de personnes chaque jour. La télévisons linéaire est vue par 45 millions de gens chaque jour, précise-t-il. On gagne encore beaucoup le match mais il y a 10 ans, il n'y avait pas ces 5 à 6 millions et il y avait beaucoup moins de monde devant Internet, la moyenne est passée de 20 minutes par jour à au moins une heure et demie.

 

"Aujourd'hui, ce n'est plus tellement le match de la télévision, c'est le match des écrans"

Il y a aussi les jeux vidéos, objets de la troisième enquête, annonce le journaliste. Fortnite, qui est un peu plus qu'un jeu vidéo, c'est 350 millions de joueurs à travers la planète, mais récemment, ce jeu qui a l'intention de devenir un réseau social, a aussi organisé un concert virtuel avec un rappeur, vu par 12 millions de gens. On raconte dans cette enquête l'ascension du patron de Fortnite, quels sont les secrets de fabrication.

La télévision est en plein bouleversements, insiste Jacques Cardoze : aujourd'hui, ce n'est plus tellement le match de la télévision, c'est le match des écrans, affirme le journaliste. Il y a d'un côté la télévision linéaire, de l'autre les jeux vidéos et au milieu de tout ça, il y a les plateformes et Internet.

Il y a enfin une grosse enquête sur celui qui est un peu le pape de la télé populaire, Stéphane Courbit. On raconte comment à 26 ans, parti de rien, il est allé taper à la porte de Christophe Dechavanne pour lui proposer des idées d'émissions, qui lui a proposé de s'associer. Stéphane Courbit a décidé ensuite de claquer la porte et de tenter son aventure tout seul, il est monté de marche en marche, pour être aujourd'hui le numéro 1 mondial de la production de contenus. C'est quelqu'un qui compte énormément et qui est incontournable dans le paysage, souligne Jacques Cardoze. Il raconte qu'au contraire, il y a encore un avenir pour la 'télé de papa', qu'on a toujours connue, qui va continuer de vivre, mais dans un univers qui n'a rien à voir".

 

"On sera plus forts avec Salto !"

Jacques Cardoze évoque dans l'émission le bouleversement du Covid, avec des audiences faramineuses mais aussi des pertes financières énormes, en raison du manque de publicité. Les chaînes seront obligées de se réinventer, M6 et TF1 ont déjà fait des annonces. "Je suis relativement optimiste, confie le journaliste, parce que ce sont des groupes qui ont un savoir-faire. La télé, c'est de l'artisanat, il faut savoir le faire !

Aujourd'hui, les plateformes sont fortes grâce aux séries, et à la possibilité d'amortir sur X pays dans le monde. C'est plus compliqué quand vous êtes chez France Télévisions, TF1 ou M6. On sera plus forts avec Salto, assure-t-il. Ça a pris du retard à cause du Covid reconnaît-il, mais comme tout le monde".

"Les grands groupes des plateformes vont commencer par se faire la guerre, affirme-t-il, ce n'est pas possible aujourd'hui qu'il y en ait autant. Apple produit des films, Netflix a acheté des salles de cinéma aux États-Unis. Et puis il y a une avance qu'ont les télévisions que n'ont pas les plateformes, c'est le sport ! C'est un parc qui est en plein bouleversement, on a encore des arguments, ce n'est pas la mort de la télé demain !"

 

 

Cliquez ici pour retrouver l'intégralité de l’interview média en podcast.

Retrouvez l'invité média de Valérie Expert et Gilles Ganzmann du lundi au vendredi à partir de 10h00 sur Sud Radio dans "Le 10h - midi".

Sur quelle fréquence écouter Sud Radio ? Cliquez ici !