Hélène Darroze : "Top Chef me permet de transmettre la passion que j'ai pour mon métier"

La chef Hélène Darroze, qui participe à "Top chef" et possède deux restaurants, a confié avoir éprouvé un soulagement lorsque les pouvoirs publics ont annoncé la fermeture des restaurants couplée au chômage partiel.

La chef Hélène Darroze participe à "Top chef", sur M6. © AFP

Hélène Darroze était l'invitée de Valérie Expert et Gilles Ganzmann sur Sud Radio le 6 mai 2020 dans "Le 10h - midi".

 

"C’est toujours un plaisir de travailler avec les jeunes"

Malgré la fatigue que peuvent engendrer les tournages, Hélène Darroze a confié beaucoup aimer participer à Top Chef. "C’est beaucoup de travail sur une période de deux mois. Mais j’aime beaucoup cela : cela me permet de transmettre la passion que j’ai pour mon métier ainsi que mes compétences. C’est un moyen original de transmettre. Au-delà de ça il y a une super équipe de production, on s’entend tous très bien depuis six ans. Je rigole bien avec mes complices du jury, et il y a une très bonne ambiance entre les candidats, une ambiance de camaraderie, d’entraide. C’est toujours un plaisir de travailler avec ces jeunes."

Interrogée sur la séquence où elle a dû goûter à l’aveugle un plat du chef étoilé Philippe Etchebest et qu’elle n’a pas apprécié, Hélène Darroze a répondu, en rigolant : "je n’ai pas aimé son plat. Qu’est-ce que vous voulez ? C’est la vie, c’est comme ça. Je n’ai pas été très sensible à sa cuisine, je ne l’ai pas bien classée. Mais il ne m’en a pas voulu, donc ça va".

"Nos convives sentaient le vent tourner et ont voulu profiter jusqu’à la dernière minute"

S’agissant de la fermeture soudaine des restaurants décidée à la mi-mars 2020, Hélène Darroze a raconté : "on a géré dans l’urgence car on n’avait que quatre ou cinq heures pour fermer. Il a fallu presque mettre les clients dehors puisqu’à minuit il ne devait y avoir personne. Mais c’était aussi un soulagement puisque depuis quelques jours on sentait la tension monter. La semaine avant l’annonce nos restaurants étaient pleins, je crois que nos convives sentaient le vent tourner et ont voulu profiter jusqu’à la dernière minute des sorties qui étaient encore autorisées. Pour nous c’était presque un soulagement qu’on nous dise : 'fermez, et on vous aide'".

Et la réouverture prochaine ? "Cette réouverture ne peut se concevoir que si elle est accompagnée d’un message fort et positif de la part du gouvernement, du corps médical et des médias. Sinon, si on rouvre pour que les restaurants soient vides, cela n’a pas d’intérêt." Et quant à la perspective d’ouvrir avec un personnel masqué et un espacement des tables, Hélène Darroze a répondu : "on est un métier d’hospitalité. Je ne sais pas vraiment si ce sont les règles de l’hospitalité, tout ça. Maintenant on est conscients qu’il va falloir s’adapter. Il y a eu beaucoup de solidarité en cette période de confinement et de crise sanitaire. J’espère qu’il y aura beaucoup de solidarité envers les restaurateurs, sinon ce sera la catastrophe".

 

Cliquez ici pour retrouver l'intégralité de l’interview média en podcast.

Retrouvez l'invité média de Valérie Expert et Gilles Ganzmann du lundi au vendredi à partir de 10h00 sur Sud Radio dans "Le 10h - midi".

Sur quelle fréquence écouter Sud Radio ? Cliquez ici !