Didier Maïsto : "Henri Guaino a rompu le contrat moral qui le liait à Sud Radio"

Didier Maïsto : "Henri Guaino a rompu le contrat moral qui le liait à Sud Radio"

Quelques jours après l'éviction de notre éditorialiste Henri Guaino, Didier Maïsto (PDG de Fiducial Médias) a souhaité répondre aux auditeurs de Sud Radio qui se questionnent et ne comprennent pas cette décision.

"Henri Guaino a rompu le contrat moral qui le liait à Sud Radio. La liberté ne peut pas s'exercer sans responsabilité et sans discernement. Quel était l'engagement qu'il avait pris avec nous ? Il intervenait tous les matins dans sa chronique 'Libre comme Guaino' en ayant pris soin d'abandonner la politique politicienne

Nous avons été convoqués avec Patrick Roger au CSA pour prendre cet engagement solennel puisqu'à l'époque, il y avait également Raquel Garrido qui était sur une autre chaîne et nous avions bien dit que la différence était qu'Henri Guaino était, en quelque sorte, 'rangé des voitures', qu'il ne ferait plus jamais de politique politicienne et qu'il intervenait au-dessus des partis, au-dessus de la mêlée. C'est comme cela qu'on le présentait chaque matin. Il a rompu ce contrat moral car on l'a retrouvé, sans qu'il nous prévienne, sans qu'il nous avertisse, sur une autre chaîne en tant qu'invité principal sans contradicteur dans une émission politique. Il ne pouvait pas dès lors être éditorialiste la semaine sur Sud Radio et homme politique le week-end sur d'autres stations.

Je sais qu'il crie un peu au complot politique, parle de la 'police politique' de Sud Radio etc... Il est libre de dire ce qu'il veut. Pour ma part, je veux simplement dire aux auditeurs quelle est la réalité, qui est beaucoup plus simple, modeste et prosaïque

Souvent, la question nous est posée : la frontière est parfois floue entre le monde médiatique et politique. Ça ne me dérange pas que des hommes politiques deviennent des éditorialistes ou, inversement, que des éditorialistes ou journalistes veuillent embrasser une carrière politique mais on ne peut pas faire les deux en même temps. Il ne faut pas prendre les Français pour des canards sauvages. Il faut savoir qui s'exprime, il faut toujours savoir d'où l'on parle et qui parle, car si vous prétendez être au-dessus de la mêlée, être objectif, ou au moins être sincère dans votre expression, et que vous allez ensuite défendre tel ou tel candidat ou ancien président de la République en 'tapant' sur la justice et que vous avez, en plus, le synthé* - comme on dit dans le métier - qui affiche 'Éditorialiste Sud Radio', ce n'est pas possible ! Je ne veux pas porter, en tant que Sud Radio, une parole qui n'est pas la mienne et qui n'est pas celle de la radio. Elle est celle d'Henri Guaino qui est libre bien sûr mais qui est libre tout seul ! Et quand Henri Guaino est libre à Sud Radio, il l'est en respectant les règles du jeu.

La liberté sans responsabilité, c'est du n'importe quoi et je ne peux pas laisser faire."

Didier Maïsto

*bandeau annonçant le nom et la fonction de l'invité dans une émission télévisée.
Les rubriques Sudradio