L'avocat d'Anticor explique les raisons de la plainte contre Alexis Kohler

Le Parquet national financier a annoncé ce jeudi l'ouverture d'une enquête contre le secrétaire général de l'Élysée, Alexis Kohler. Pour Jean-Baptiste Soufron, l'avocat d'Anticor, à l'origine de la plainte, Alexis Kohler est intervenu pour favoriser la vente des chantiers navals STX à l'entreprise de sa famille, l'armateur italo-suisse MSC.

Thumbnail

Alexis Kohler dans le viseur de la justice. Le parquet national financier a ouvert une enquête pour conflit d'intérêt à l'encontre du secrétaire général de l'Élysée, suite à une plainte de l'association Anticor.

Elle reproche à Alexis Kohler de s'être servi de ses fonctions de haut-fonctionnaire et de collaborateur d'Emmanuel Macron au ministère de l'Économie, puis à l'Élysée, pour favoriser l'entreprise de sa famille, l'armateur italo-suisse MSC, dans le rachat des chantiers navals STX de Saint-Nazaire, alors qu'un accord avait déjà été conclu avec l'Italien Fincantieri.

Joint par Sud Radio, l'avocat d'Anticor, Jean-Baptiste Soufron, revient sur les raisons de cette plainte : "D'abord, Alexis Kohler devient secrétaire général de la campagne de M. Macron. Ensuite, il rejoint cette société, Mediterranean Shipping Company, comme directeur financier. Et là, pour cette société, il fait du lobbying auprès de Bercy, là où il était six mois auparavant, en essayant de défendre l'idée que le repreneur des chantiers de l'Atlantique pourrait être, non pas Fincantieri, mais le géant suisse MSC, la société de sa famille et celle dont il est, à ce moment-là, le directeur financier."

Un mélange des genres qui s'accentue après l'arrivée au pouvoir d'Emmanuel Macron, poursuit l'avocat : "Trois semaines après cette réunion, qui a été racontée par Christophe Sirugue, le ministre de l'Industrie de cette époque, il se retrouve secrétaire général de l'Élysée. Et là, l'accord qui avait été conclu avec Fincantieri est remis en cause totalement et, pendant un an, on a rouvert les négociations..."

Propos recueillis par Félix Mathieu pour Sud Radio