Éric Dupond-Moretti visé par une plainte pour "menaces" et "violences psychologiques"

Pourquoi Éric Dupond-Moretti est-il visé par une plainte pour "menaces" et "violences psychologiques" ? Nathalie Tomasini, avocate au Barreau de Paris et plaignante contre Éric Dupond-Moretti, était l’invitée de Patrick Roger le 23 septembre dans l’émission "C’est à la une" sur Sud Radio, à retrouver du lundi au vendredi à 7h10. 

Plainte contre Éric Dupond-Moretti : "Des propos extrêmement dénigrants, à caractère sexiste"

Les faits remontent à un procès d’assises à Évreux en février 2020, alors qu’Éric Dupont-Moretti n’était pas encore garde des Sceaux. Que lui reproche Nathalie Tomasini, avocate au Barreau de Paris ? "J’ai porté plainte devant le procureur d’Évreux. Lors d’un procès d’assises, il a tenu à mon égard des propos extrêmement dénigrants, à caractère sexiste. Il a aussi eu un comportement violent."

"À l’époque, je défendais les parties civiles, la famille d’une jeune femme de 30 ans tué par le client d’Éric Dupont-Moretti, qui était l’accusé, explique-t-elle. L’ambiance dans ce procès d’assises était comme souvent survoltée, détaille la plaignante contre Éric Dupont-Moretti. Mais là, on a dépassé un cap, c’était des insultes. Il nous a traitées, mon ex-associée et moi-même, lors d’une suspension d’audience, de 'saloperies de putes, d’hystériques, de commerçants du malheur, de hontes du barreau'. Il nous a également menacées du poing en maugréant : 'je ne sais pas ce qui me retiens'."

 

Plainte contre Éric Dupond-Moretti : "J’ai osé déposer plainte, moi, femme, avocate contre le ministre de la Justice"

L’entourage du ministre dément cette version. "Bien sûr, il y avait des témoins, insiste Nathalie Tomasini, avocate au Barreau de Paris. Je ne vais pas déposer plainte, qui plus est contre notre garde des Sceaux, sans qu’il y ait des attestations. Il y a à la fois des témoins directs et indirects, et l’avocate générale de ce procès qui témoigne. J’espère que ma plainte entraînera son renvoi devant le Tribunal correctionnel. Et même si cette affaire était classée, l’essentiel pour moi était d’être en adéquation sur les valeurs que je défends. J’ai osé déposer plainte, moi, femme, avocate contre le ministre de la Justice."

Pourquoi poser plainte un an après alors qu’il est devenu ministre de la Justice ? "En fait, il y a d’abord eu un dépôt de plainte déontologique. Par la suite, nous préparions une plainte pénale et pour déposer une plainte pénale contre un avocat ou un membre du gouvernement, il faut obtenir un visa de l’ordre des avocats. Il faut nécessairement se rapprocher du conseil de la partie adverse. Il y a eu des échanges entre nos avocats respectifs, qui ont duré."

Cliquez ici pour écouter "C'est à la une" avec Patrick Roger

Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !