Corinne Herrmann sur Michel Fourniret - "Depuis 14 ans nous demandons qu’on travaille sur une autre piste"

"Dans les dossiers de disparitions d’enfants, je ne comprends pas que la justice puisse abandonner les investigations", a déclaré Corinne Herrmann, avocate d’Éric Mouzin, le père d’Estelle Mouzin, cette fille de 9 ans qui avait été enlevée en janvier 2003 alors qu'elle revenait de l'école. Le tueur en série Michel Founiret est le principal suspect.

Corinne Herrmann, interviewée par Patrick Roger sur Sud Radio, à 8h10, dans "C'est à la une". © AFP

"On a passé beaucoup de temps pour se faire entendre parce qu’il y a des convictions policières", a aussi fait savoir Corinne Herrmann. Elle était l'invitée de Patrick Roger le 28 novembre 2019 dans l’émission "C’est à la une" sur Sud Radio, à retrouver du lundi au vendredi à 8h10.

 

"Michel Fourniret était de plus en plus organisé"

"C’est toujours compliqué avec Michel Fourniret parce que c’est alambiqué, il a son propre langage. Mais c’est surtout un premier pas vers des vérifications concrètes de son emploi du temps, de ses déplacements, de ce que peuvent dire ses proches.

Sur cette affaire il avait véritablement tout planifié. Il avait sûrement appris de ses erreurs avant. Il était de plus en plus organisé. Il avait certainement repéré les lieux, repéré Estelle et s’était certainement procuré un alibi avec l’aide de sa femme", a déclaré Corinne Herrmann.

"C’est le moyen de mettre un point final à toutes les discussions"

"Si ce dossier avance, la nouvelle juge d’instruction, qui a été désignée par la Cour de cassation sur l’avis du Procureur général, mais aussi de nos demandes, y est pour beaucoup. Depuis 14 ans nous demandons qu’on travaille sur une autre piste. Ce serait le seul moyen de mettre un point final à toutes les discussions. Éric Mouzin est persuadé que c’est une piste importante, et qu’on devrait absolument l’explorer, ce qui n’avait pas été fait depuis 14 ans. Et cette juge d’instruction, qui connaît bien ce couple, a décidé de procéder à de premières vérifications.

Madame le juge va faire toutes les investigations rapidement. On a déjà beaucoup d’éléments dans le dossier. Mais les délais de la justice ne sont pas les nôtres. On verra par la suite dans quels délais on pourra aller à un procès", a déclaré Corinne Herrmann.

 

Cliquez ici pour écouter "C'est à la une" avec Patrick Roger

Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !