Avocats en grève: "Je vais fermer mon cabinet. Je ne peux pas payer 7000 euros de cotisation de retraites, au lieu des 3500"

Des audiences reportées, des tribunaux au ralenti. Semaine noire pour la justice. Conséquence de la fronde des avocats contre la réforme des retraites. Le Conseil national des barreaux a appelé l’ensemble des barreaux du pays à bloquer le fonctionnement de la justice pour une semaine, dans un mouvement reconductible. Les robes noires ne veulent pas du régime universel des retraites, leur régime autonome est largement excédentaire. Et avec cette réforme ceux qui ont le moins de revenus seront les grands perdants.

(JEAN-PHILIPPE KSIAZEK / AFP)
Reportage Sud Radio de Lionel Maillet

 

En gagnant moins de 40.000 euros par an, Caroline Erny fait partie des avocats qui seront les plus pénalisés par la réforme des retraites. Avec le régime universel ses cotisations vont passer de 14 à 28 %: "Je vais fermer mon cabinet. Actuellement, je ne peux pas payer 7000 euros de cotisation de retraites, au lieu des 3500 que je paye".

L’incompréhension est d’autant plus grande que les avocats cotisent à un régime autonome qui est excédentaire, explique Yann Arnoux Pollak, le bâtonnier du barreau de Marseille: "Nous avons un régime autonome qui présente l'avantage d'être indépendant: nous ne coûtons pas un euro au citoyen. Et solidaire,  puisque nous reversons 100 millions d'euros par an aux autres régimes. Donc il n'y a aucune raison de modifier un régime qui fonctionne parfaitement !"

La dernière rencontre avec la ministre de la justice remonte au 23 octobre. Pour se faire entendre les avocats disent n’avoir d’autres moyens que de paralyser la justice et de demander le renvoie des affaires, indique Me Nathalie Olmer:

"L'obstruction systématique du gouvernement dans ce que nous proposons, de rester autonome, alors même qu'il y a déjà dans leur universalité des régimes spécifiques qui sont organisés, nous parait être une absurdité !"

A Marseille la grève va durer au moins jusqu’à 13 janvier  et d’ici là les avocats iront eux aussi manifester ce jeudi.

 

"La réforme va faire doubler les cotisations et baisser les pensions de retraite, ce qui entraînera la fermeture d'au moins 40% des cabinets d'avocats. On va se retrouver face à des déserts judiciaires et juridiques. Ce qui sont pour un blocage ont raison: il faut gripper  la machine judiciaire pour être entendu, le gouvernement refuse tout discussion avec nos instances nationales" - Les cotisations des plus petits cabinets vont passer de 14% à 28 %, explique Yann Arnoux Pollak le bâtonnier du barreau de Marseille