Souviens-toi... le 12 juillet 98

Les Bleus champions du monde 98 © PEDRO UGARTE / AFP
Les Bleus champions du monde 98 © PEDRO UGARTE / AFP

Le 12 juillet 1998, l'équipe de France de football remportait la Coupe du monde chez elle face au Brésil, dans son arène de Saint-Denis. Un souvenir impérissable pour tous les Français.

C'était il y a 20 ans, jour pour jour ! Le 12 juillet 1998, les Bleus d'Aimé Jacquet surclassaient le grand Brésil de Ronaldo (3-0) en finale de la Coupe du monde de football au Stade de France, faisant chavirer de bonheur tout un pays. Deux décennies plus tard et à l'heure où - curieux signe du destin - les héritiers de Zidane et Deschamps joueront la Croatie dimanche pour une seconde étoile, personne n'a oublié cette fantastique journée, qui fut et reste encore le jour de gloire du football français.

"Des scènes de joie que je n'avais jamais vues avant"

Vingt années ont beau être passées et pourtant, chacun conserve le souvenir de cette folle journée de juillet. Les moindres détails, les amis et proches avec lesquels on a partagé ce moment privilégié, chaque minute semble être gravée dans la mémoire de ceux qui ont vécu ce match si particulier. Plusieurs anonymes ont accepté de replonger dans leurs souvenirs au micro de Sud Radio. C'est notamment le cas de Yohann qui nous raconte son 12 juillet 98. "J'étais en vacances en Guadeloupe en famille. On a regardé le match sur un grand écran et après, quand on a gagné, on est partis sur la plage se baigner avec tous les gens. C'est un très beau souvenir", se remémore-t-il, avec nostalgie.

Pour Louis, cette soirée fut également synonyme d'une virée mémorable qu'il n'est pas prêt d'oublier. "J'étais allé faire un tour dans Bordeaux en voiture et je me souviens des gens qui sautaient, qui montaient aux poteaux et qui se collaient aux voitures, y compris la nôtre. Des scènes de joie que je n'avais jamais vues avant", se souvient-il. À l'inverse, Caroline se trouvait dans un lieu isolé, loin de la folie qui régnait dans les grandes villes et pourtant, elle aussi a vibré avec ses amis. "On était avec des copains dans un bled un peu paumé où il y a quand même eu une petite fête et nous, on a bien profité de ce moment-là", nous confie-t-elle.

D'autres, comme Alexandre, ont en revanche vécu ce moment d'une manière très particulière et en... décalage par rapport au commun des mortels. "Le soir de la finale, je travaillais et je m'étais programmé l'enregistrement du match. J'avais coupé contact avec tous mes amis et ma famille pour ne pas entendre le score. Et le soir, en rentrant à la maison vers 22h30, j'ai regardé le match et j'ai vécu, avec 1h30 de décalage, la victoire des Bleus. J'ai crié tout seul dans ma maison et j'étais super heureux", nous raconte-t-il, des étoiles dans les yeux.

20 ans après, le souvenir de cette joie unique reste donc intact et chacun en redemande. Pourquoi pas dès dimanche, à l'occasion de la finale du Mondial entre la France et la Croatie ? Le rendez-vous est pris.

Propos recueillis par Alfred Aurenche

 

Les rubriques Sudradio