Transition énergétique : croyez-vous aux énergies propres ?

La gendarmerie sévit contre les opposants aux éoliennes

Croyez-vous aux énergies propres ? C'était le débat du jour avec Véronique Jacquier dans "Info vérité" sur Sud Radio, le 15 novembre 2018. Avec pour invités :
- Nicolas Sartre, actionnaire et membre du bureau de la Centrale villageoise du Pays d’Arles ;
- André-Jean Guérin, administrateur du Shift project, groupe de réflexion sur la transition énergétique ;
- Esther Bailleul, chargée de projet au CLER, réseau pour la transition énergétique ;
- Vincent Licheron, chargé de mission environnement à la CLCV (Consommation, logement et cadre de vie).

Info Vérité est diffusée tous les jours à 7h10 et 9h15 dans la matinale animée par Cécile de Ménibus et Patrick Roger.

Le gouvernement veut accompagner la transformation du pays avec une prime à la conversion pour les chaudières au fioul et le doublement de la prime à la conversion automobile. Mais est-ce si facile de se passer des énergies fossiles ?

Quid des voitures électriques ?

Prenons l’exemple de la chaudière au fioul, qui concerne 4 millions de foyers et 10 millions de personnes. Par quoi la remplacer ? Une chaudière au gaz ? C’est une énergie fossile, alors que le prix du gaz augmente sans cesse. Une chaudière hybride ? Son prix s'élève à 10.000 euros. Même avec un crédit d’impôt, cela demeure un investissement onéreux qui fait que l'on dépend toujours en partie du gaz. Autre alternative : la chaudière biomasse, qui utilise du bois ou des granulés. Mais son coût peut aller jusqu’à 20.000 euros... Reste la pompe à chaleur, qui utilise de l’énergie propre, de l’air et de l’eau, mais qui ne s’adapte pas à tous les logements.
 
Et pour les voitures, le doublement de la prime à la conversion peut-il être incitatif pour passer à l’électrique ? "La voiture électrique la plus vendue et la plus accessible, la Zoé de Renault, est à 17.700 euros, sans la batterie, et après déduction de 6.000 euros. Et on ne trouve pas de bornes facilement pour la recharger, souligne Véronique Jacquier. Ce n’est pas un investissement raisonnable pour une famille modeste."

Le chemin reste encore long avant de parvenir à réduire de 75 à 50% la part du nucléaire en France... Ainsi, Nicolas Sartre, actionnaire et membre du bureau de la Centrale villageoise du Pays d’Arles, travaille à créer une centrale avec un regroupement de citoyens. Le but : produire de l’électricité en louant des toits. "Nous avons réussi à obtenir une quinzaine de contacts sur des grands toits pour nous les louer, installer du photovoltaïque et produire de l’électricité. Ce qui va être produit va être consommé et ne proviendra pas du nucléaire. Tout ce qu’on produira permettra de valoriser les énergies propres."

Mais au total, éolien et photovoltaïque ne fournissent à eux deux que 5% de l’électricité en France. Ce seront donc toujours des énergies d’appoint pour une raison simple : l'électricité ne se stocke pas. De plus, les éoliennes supposent du vent et le photovoltaïque... du soleil ! Et pour se passer du nucléaire, il faudrait installer 200.000 éoliennes dans notre pays. Moralité : aucune énergie propre n’est la panacée pour l’avenir.

Cliquez ici pour écouter ”Info Vérité” présenté par Véronique Jacquier

Retrouvez "Info Vérité" du lundi au vendredi avec Véronique Jacquier à 7h10 et 9h15 sur Sud Radio, dans la matinale de Cécile de Ménibus et Patrick Roger. Sur quelle fréquence écouter Sud Radio ? Cliquez-ici !
 

 

 

Sur le même sujet
Les rubriques Sudradio