éditorial

L'édito de Yolaine de La Bigne

Yolaine de La Bigne
Société

Quelques initiatives insolites pour recycler les déchets

Les déchets posent de plus en plus de problèmes, mais, du coup, inspirent des solutions parfois étonnantes, comme ce bateau de luxe ou ce parfum à base de déchets, est-ce bien sérieux ?

Ces déchets sont dramatiques quand on les retrouve dans les océans et l’estomac des tortues mais ils sont aussi une matière très intéressante à récupérer et à exploiter. Des idées parfois étonnantes surgissent ici et là. Comme ce bateau hyper luxueux pour milliardaires, l’Ocean Saviour, 70 m de long, 3 ponts, 18 cabines, pouvant accueillir jusqu’à 64 passagers avec piste d’hélicoptère et intérieur magnifique, bref le genre de bateaux qu’on voit à Monaco.

Sauf que celui-ci tire sa puissance des déchets qu’il récupère dans l’eau.

D’une certaine façon, il joue les aspirateurs, car il est doté de chaque côté d’un système pour pêcher, comme deux grands bras de chaque côté qui ramassent tout ce qu’ils trouvent sur leur passage.

Donc non seulement il nettoie la mer mais mieux, il transforme ces déchets en énergie, ce qui lui permet d’avancer. Il s’autoalimente, c’est donc de l’économie circulaire, intelligente, économique et écologique. L’idée de savoir que des milliardaires vont pouvoir sillonner les mers grâce à de vieilles canettes et des détritus est assez jouissif !

Encore plus incroyable, le parfum à base de déchets !

Il s’agit de déchets de parfumeries, je vous rassure ! C’est l'enseigne française de parfums, Etat Libre d'Orange, qui vient de se lancer dans un nouveau concept ingénieux : elle crée de nouvelles essences à partir de petites notes parfumées inutilisées et ayant servi à la création d'autres parfums...

La marque vient donc de lancer le tout premier parfum issu de déchets de parfumerie. Car dans ce domaine aussi il y a beaucoup de gâchis. Pour créer une essence, on teste toutes sortes de notes parfumées et celles que l’on ne choisit pas sont jetées. L’idée est donc de les récupérer pour les réutiliser. Une super idée qui pourrait inspirer d’autres enseignes, d’autant que la maison État Libre d'Orange assume. Savez-vous comment elle a appelé sa création ? " I'm Trash, Les Fleurs du Déchet".

 

Les rubriques Sudradio