Les habitants des villes moyennes, oubliés des politiques publiques ?

Caroline Cayeux
Caroline Cayeux, maire divers-droite de Beauvais (Oise), présidente de l’association « Villes de France », interviewée par Cécile de Ménibus et Patrick Roger dans "L’invité de l’actu" sur Sud Radio, à 8h10. Sud Radio

Caroline Cayeux, maire divers-droite de Beauvais (Oise), présidente de l’association "Villes de France", était "L’invitée de l’actu" dans la matinale de Sud Radio du 13 février animée par Cécile de Ménibus et Patrick Roger. Elle revient sur le baromètre des Territoires réalisé à la veille de la crise des Gilets Jaunes pour l'association Villes de France.

"les villes moyennes étaient les racines de la colère des Gilets Jaunes"

Le tout premier baromètre des territoires, réalisé à la veille de la crise des Gilets Jaunes pour l'association "Villes de France", est une enquête comparative entre quatre territoires : Paris et la petite Couronne, les métropoles, les villes moyennes et les communes rurales. Les villes moyennes, de 15.000 à 100.000 habitants, sont, selon Caroline Cayeux, maire divers-droite de Beauvais (Oise), présidente de l’association "Villes de France", le symbole des Gilets Jaunes. "On a trouvé que les villes moyennes étaient les racines de la colère des Gilets Jaunes, car les habitants qui y vivent ont compris depuis un certain temps qu'elles avaient moins de services publics, moins de réponses à leurs problèmes de santé, des commerces qui ferment en centre-ville. On a voulu étudier et comprendre quels étaient les maux dont souffraient leurs habitants. 

Malgré les difficultés qu'ils rencontrent, on s'aperçoit dans cette étude qu'ils sont très attachés à leurs villes, à leur qualité de vie, à la tranquillité, à l'environnement et à la sécurité qui y règnent. Ce sont des villes à taille humaine."

"tout est allé à Paris et aux grandes métropoles"

À l'issue du grand débat, un acte fort en faveur des villes moyennes devrait sortir. "La priorité est l'emploi, le commerce de centre-ville, le pouvoir d'achat, le pouvoir de vivre. On subit aujourd'hui l'extension démesurée des zones commerciales en-dehors des villes. Il faut ramener de l'activité et des habitants en centres-villes. Il faut surtout permettre à ces habitants, qui souvent prennent le train, certains lignes ont été malheureusement abandonnées. La taxe sur les carburants a été la goutte d'eau qui a fait déborder le vase.

Favoriser l'accès en voiture des centres-villes des villes moyennes. "Nous avons agi à Beauvais sur les durées de parking gratuit, pour permettre aux gens de venir pendant 2 heures. Beaucoup de collègues réfléchissent à des facilités pour aider ceux qui habitent en périphérie des villes".

"nos habitants doivent récupérer une qualité de services publics"

Au début de la crise des Gilets Jaunes, l'association a eu des rendez-vous avec Emmanuel Macron, et a été la première à l'alerter sur la nécessité d'un grand débat. "Nous avons revu hier soir la ministre de la Cohésion des territoires et nous lui avons montré l'opportunité indispensable d'apporter de nouveaux services à nos habitants pour que cette fracture territoriale s'apaise et soit recousue. On lui a expliqué aussi qu'il fallait qu'on travaille avec les métropoles et que nos habitants récupèrent une qualité de services publics.

Cliquez ici pour écouter "L’invité de l’actu" avec Cécile de Ménibus et Patrick Roger en podcast.

Retrouvez "L’invité de l’actu" du lundi au vendredi à 8h10 sur Sud Radio dans la matinale de Cécile de Ménibus et Patrick Roger.
 

Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !


 

Sur le même sujet
Les rubriques Sudradio