Les Français font-ils à nouveau confiance aux vaccins ?

vaccin
Les Français font-ils à nouveau confiance aux vaccins ? AFP

Le docteur Jean-Paul Ortiz, président de la CSMF (Confédération des Syndicats Médicaux Français), était "L’invité de l’actu" dans la matinale de Sud Radio du 24 avril animée par Philippe David. 

Docteur Jean-Paul Ortiz : "la vaccination est la plus belle invention du vingtième siècle avec les antibiotiques"

La semaine européenne de la vaccination commence le 24 avril. La ministre de la Santé, Agnès Buzyn, s'est félicitée de l'augmentation de la couverture vaccinale des enfants et a annoncé que la confiance revient en France. Pour le docteur Jean-Paul Ortiz, président de la CSMF (Confédération des Syndicats Médicaux Français), "la vaccination est la plus belle invention du vingtième siècle avec les antibiotiques. Il n'y a plus de poliomyélite. On assiste aujourd'hui à une recrudescence de la rougeole dans les pays qui ne vaccinent pas, en particulier dans les pays en voie de développement. Quand on regarde les chiffres de mortalité infantile dans ces pays par rapport aux pays industrialisés, il y a une vraie inégalité dramatique car la vaccination n'est pas encore suffisamment développée dans ces pays-là. La vaccination éradique complètement des maladies". 

Agnès Buzyn clame que la confiance des Français revient. Avaient-ils vraiment peur de faire vacciner leurs enfants avant ? "Curieusement, il existe dans ce pays un courant de méfiance, d'interrogation sur les vaccinations. On est un pays très gourmand des fake news, le moindre événement fait la une des médias. Les gens s'inquiètent et c'est normal, puis des études scientifiques sont faites et à chaque fois, les enquêtes démontrent qu'il n'y a pas de lien de cause à effet établi avec le vaccin.

Les politiques n'ont pas été à la hauteur dans le passé. Quand on rend une vaccination contre l'hépatite recommandée pour les adolescents et que quelques mois après, parce qu'il y a une suspicion de quelque chose, sans qu'on en ait aucune preuve, on dit stop on ne vaccine plus, les Français n'y comprennent plus rien. 

Obligation vaccinale : "Il faut aller plus loin, car c'est un enjeu personnel, collectif et de solidarité"

"Le principe de précaution est aussi un frein au progrès social et général. Devant ce scepticisme d'un certain nombre de Français, la ministre précédente a créé une commission qui a auditionné tout le monde : les scientifiques, les pour, les contre, les sceptiques, de nombreuses associations. La commission a conclu qu'il faut remettre une obligation vaccinale pendant au moins cinq ans. La ministre précédente n'a rien fait et l'actuelle l'a rendue obligatoire. Je salue son courage, on voit les premiers résultats.

Il faut continuer, aller plus loin car c'est un enjeu personnel pour chacun de nos enfants qui doit être protégé et collectif, pour éradiquer des maladies qui ne devraient plus exister dans un pays comme le nôtre.

C'est aussi un enjeu de solidarité : les parents qui se posent des questions sur la vaccination doivent penser aux enfants qui ne peuvent pas malheureusement être vaccinés, avec des immunités très affaiblies, qui n'auront pas les défenses pour lutter contre ces maladies qui peuvent les emporter. L'obligation dans les crèches et les écoles est la moindre des choses".

 

Cliquez ici pour écouter "L’invité de l’actu" avec Cécile de Ménibus et Patrick Roger en podcast.

Retrouvez "L’invité de l’actu" du lundi au vendredi à 8h10 sur Sud Radio, dans la matinale de Cécile de Ménibus et Patrick Roger.
 

Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !


 

 

Sur le même sujet
Les rubriques Sudradio