Après les inondations, les viticulteurs de l'Aude constatent l'étendue des dégâts

Vignes inondées à Villemoustaussou
Vignes inondées à Villemoustaussou ©SYLVAIN THOMAS - AFP

Poumon économique de l'Aude, le secteur viticole a été gravement touché par les intempéries du début de semaine. Reportage à Villemoustaussou, où les vignes ont été arrachées par la puissance des torrents.

Le bilan des inondations s’est encore alourdi à 14 morts, 74 blessés. Le secteur viticole va devoir se redresser pour faire vivre le département, parce que la vigne, c’est le poumon économique de l’Aude, qui représente des milliers d’emplois.

Pour le moment, impossible de faire une estimation précise des dégâts, mais la facture sera lourde, avec des vignes sous l’Aude ou arrachée par la puissance des torrents, sur des kilomètres. Comme à Villemoustaussou, où Luc Saillant n’en revient toujours pas. La route qui mène en sa parcelle a été comme bombardée, emportée par l’eau d’un ruisseau transformé en véritable fleuve.

"Quand j’ai vu ça, je n’y croyais pas. On dirait presque qu’il y a eu un tremblement de terre. On ne pensait pas qu’un si petit cours d’eau pouvait faire de tels dégâts."

Ses cinq hectares de vignes sont aujourd’hui irrécupérables, arrachés, recouverts de gravats, de pierres. Luc sait qu’ils sont nombreux dans son cas.

"L’Aude a fait beaucoup de dégâts en descendant jusqu’à son embouchure. C’est parti jusqu’à la mer, ça a traversé tout le département. Ça fait 80 kilomètres et toutes les vignes en bord de cours d’eau sont touchées."

Dès hier, les vignerons de l’Aude ont réactivé leur association d’entraide, en sommeil depuis 19 ans. Après les inondations de 1999, elle avait permis au secteur de relever la tête. Ce qui donne aujourd’hui des forces à Frédéric Rouanet, président du syndicat des vignerons de l’Aude : "On est face à des collègues qui, pour certains, ont perdu leur exploitation entière. Il y a beaucoup de questions, un affolement. Certains veulent presque abandonner. C’est très dur ce qui nous arrive, mais la météo est plus forte que nous, on le sait. On va se retrousser les manches, reprendre du courage et on va rebâtir le vignoble audois tel qu’il était avant dimanche soir."

Agriculteurs et viticulteurs de l’Aude espèrent également que l’État activera rapidement le fond de calamité agricole.

Un reportage de Christine Bouillot pour Sud Radio

 

Les rubriques Sudradio