Le député européen Renaud Muselier a fait part de son opposition au projet de réforme constitutionnelle porté par le Gouvernement et le président de la République, estimant que le texte ne réunira pas la majorité nécessaire au Congrès.
Invité de l'émission Territoires d'Infos sur Sud Radio et Public Sénat, Renaud Muselier a demandé au président de la République "de ne pas faire la réforme constitutionnelle"."Il n'aura pas la majorité des trois cinquièmes, a assuré le député européen. Il ne faut pas qu'il y ait de Congrès de Versailles. Je dis qu'il ne faut pas toucher à la Constitution. C'est un débat qui va prendre un temps fou.""La déchéance, si, sur un plan symbolique, j'étais plutôt pour au départ, donne aujourd'hui plutôt raison aux terroristes", a poursuivi Renaud Muselier, posant la question de ce que cette réforme pourrait entraîner "si Marine Le Pen devient présidente de la République".Si cette position est défendue, au sein de son parti, par François Fillon, Renaud Muselier explique qu'il soutient Nicolas Sarkozy en vue des primaires de la droite et du centre en novembre prochain : "Je soutiendrai celui qui aura gagné après mais je vais faire campagne pour Nicolas Sarkozy. Je le soutiendrai aux primaires, même si je ne suis pas toujours d'accord avec tout ce qu'il dit."Regardez l'interview de Renaud Muselier, député européen et président délégué de PACA, invité de l'émission Territoires d'Infos sur Sud Radio. Une interview suivie du débrief des éditorialistes, avec Yves Thréard (Le Figaro) et Denis Jeambar (Nice-Matin).
Les rubriques Sudradio