Philippot : "Il n'y a pas 50 nuances de souverainisme : soit on est pour, soit on est contre le Frexit"

"Il n'y a pas 50 nuances de souverainisme : soit on est pour, soit on est contre le Frexit"

Florian Philippot (Président du mouvement "Les Patriotes" et député européen) était ce lundi l'invité du petit-déjeuner politique.

Au lendemain du congrès des "Patriotes" organisé à Arras (Pas-de-Calais), au cours duquel son parti éponyme a été officiellement lancé, Florian Philippot était l'invité du Grand Matin Sud Radio.

"Je suis pour le Frexit et ça, on n’est pas très nombreux à le dire"

L'ex-numéro 2 du FN qui, en septembre dernier, a claqué la porte du parti frontiste, "où sont revenus des profils très inquiétants et très radicaux" pour reprendre ses mots, est revenu sur l'organisation de cet événement tout en réaffirmant sa ligne souverainiste. "Je suis très satisfait du congrès. D’abord parce que c’était plein, 600 personnes étaient là. Il y avait une excellente ambiance pleine d’optimisme. Nous avons bien travaillé, y compris avec nos amis britanniques du Ukip. On a en même temps passé un moment démocratique avec le vote de nos statuts, notre organisation et la confirmation de nos référents départementaux", a-t-il ainsi expliqué. 

Le créneau des Patriotes s'articulera autour s'un souverainisme sans ambiguïté, comme nous l'a confirmé l'intéressé. "Je fais l’analyse qu’il y a d’anciens responsables qui avaient fait profession de foi du souverainisme, de l'indépendance nationale, du gaullisme et qui sont complètement en train de l’abandonner. Moi, je suis pour le Frexit ! Il n'y a pas 50 nuances de souverainisme", a expliqué le député européen avant de préciser : "On n'est pas un peu ou beaucoup pour la sortie de l'Euro, tout ça ne veut rien dire ! Je suis pour la sortie de l'Union européenne, pour retrouver notre indépendance nationale et agir sur l'économie, l'écologie, l'immigration et la démocratie à restaurer. Je suis pour le Frexit et ça, on n’est pas très nombreux à le dire dans la vie politique française".

"On devrait appeler le rapport Spinetta par son vrai nom : le rapport Juncker-Spinetta"

"J’assume d’avoir des positions qui ne sont pas encore majoritaires dans l’opinion publique (...). Quand on voit des responsables politiques, dans le camp souverainiste, qui, du jour au lendemain, disent 'finalement, on va peut-être se garder l'UE et l'euro, on fera avec', alors qu'ils ont expliqué l'inverse pendant des années, ça n'a pas de sens ! Soit on est pour, je le comprends parfaitement, soit on est contre comme moi et on est pour la souveraineté française. On ne peut pas être dans une espèce d'entre-deux ou d'aller-retour permanent", a-t-il encore insisté.

Interrogé ensuite sur le rapport de Jean-Cyril Spinetta sur la refonte de la SNCF, qui recommande de mettre fin au statut des cheminots, M. Philippot a fustigé ce qu'il considère être "le rapport Juncker-Spinetta". "Le rapport reprend totalement les vues, les demandes et les exigences de la Commission européenne", a ainsi dénoncé le député européen avant de faire part de ses inquiétudes quant aux conséquences pour certains territoires. "Je suis inquiet pour les zones rurales, la ruralité, les petites communes. Il y a déjà tellement de dessertes ferroviaires qui ont fermé ces dernières années que c'est fou de vouloir que ce mouvement de fermeture s'accélère, or c'est ce que propose ce rapport", a-t-il déploré. "Je suis pour une bonne gestion du service public et pour une modernisation constante (...) Il faut investir, la France a une taille parfaire pour le rail, une taille adaptée à ce mode de transport. Et en plus, c'est écolo, donc je ne comprends pas ce retour en arrière anti-écologique. Je suis inquiet ! C'est le service public, on peut parfois assumer des pertes financières parce que c'est le service public et pas une entreprise privée. Je suis tout à fait contre la libéralisation voulue par l'UE. Or elle arrive, elle est imminente", a-t-il conclu.

>> Retrouvez l'intégralité de l'interview de Florian Philippot, invité du petit-déjeuner politique

 

 

Les rubriques Sudradio