Philippe : "Les élections législatives seront le juge de paix pour Richard Ferrand"

Le Premier ministre Édouard Philippe (©Charly Triballeau - AFP)

Alors que la pression s’accentue sur Richard Ferrand depuis les révélations récentes du Canard Enchaîné, le Premier ministre Édouard Philippe a tenu à réitérer sa confiance envers son ministre.

Décidément, il ne fait pas bon par les temps qui courent être homme politique et mêler d’un peu trop près sa famille à ses activités professionnelles rémunérées. Cette semaine, Le Canard Enchaîné révélait que Richard Ferrand, député sortant du Finistère et soutien de la première heure d’Emmanuel Macron, aurait favorisé la société de son épouse dans une histoire de location de bureaux. Le nouveau ministre de la Cohésion des territoires aurait par ailleurs également salarié son fils en tant qu’attaché parlementaire. S’il assure à qui veut l’entendre qu’il n’a rien fait d’illégal ou d’immoral, celui qui est aujourd’hui un homme fort du gouvernement Philippe est au centre d’une petite tempête politico-médiatique.

"Richard Ferrand a ma confiance"

Édouard Philippe, justement, a tenu à prendre la parole ce vendredi pour s’exprimer sur ce dossier. En marge d’une visite de soutien au secrétaire d’État chargé du numérique, Mounir Mahjoubi, le chef du gouvernement a mis la balle dans le camp… des électeurs. "Richard Ferrand a ma confiance. Il n’y a aucune procédure juridictionnelle en cours. Il n’y a donc pas d’affaire mais un débat. Ce débat est politique et sera tranché par ceux qui sont les plus à même de trancher les débats politiques : les électeurs et citoyens français", a-t-il déclaré aux journalistes qui l’accompagnaient.

Le Premier ministre a clairement sous-entendu qu’une défaite de Richard Ferrand dans le Finistère sonnerait le glas de sa présence au gouvernement. "Les électeurs de la circonscription dans laquelle Richard Ferrand se présente pourront dans deux semaines dire si, comme moi, ils ont confiance en lui. Ce sera le juge de paix, celui que personne ne peut dépasser en démocratie", a-t-il averti.

Message transmis à l’intéressé.

Sur le même sujet
Les rubriques Sudradio