Manifestation 17 novembre : Élisabeth Borne dénonce "la récupération et la démagogie"

Élisabeth Borne, ministre chargée des Transports auprès du ministre de la Transition écologique et solidaire
Élisabeth Borne, ministre chargée des Transports auprès du ministre de la Transition écologique et solidaire ©Sud Radio

Élisabeth Borne, ministre chargée des Transports, auprès du ministre de la Transition écologique et solidaire, était l'invitée politique du Grand Matin Sud Radio.

"Il n'y a pas de matraquage fiscal, les impôts sur les ménages ont baissé de 2 milliards d'euros cette année et baisseront de 6 milliards d'euros l'an prochain", a clamé Élisabeth Borne.

La ministre chargée des Transports auprès du ministre de la Transition écologique et solidaire, invitée politique du Grand Matin Sud Radio, a dénoncé la "récupération et la démagogie" de certains partis politiques. En ligne de mire, notamment, la manifestation du 17 novembre contre la hausse des carburants

On baisse la taxe d'habitation et les charges sur le travail et on augmente la fiscalité sur les carburants. Il n'y a pas plus de taxe

"Si je lance une pétition pour arrêter de payer les impôts, je ne doute pas que vous me direz que vous voulez payer moins d'impôts", a lancé la ministre, qui reconnaît que "les hausses des carburants pèsent sur le quotidien de beaucoup de Français" mais dit "assumer une fiscalité écologique".

 

 

"Ça ne veut pas dire plus de taxe, mais qu’on baisse la taxe d’habitation ou les charges sur le travail et qu’on augmente la fiscalité sur les carburants", a précisé Élisabeth Borne.

Une fiscalité écologique qui doit donc permettre, dans l'idée, d'accélérer la transition écologique pour s'attaquer aux problèmes de pollution, qui est la cause de "50 000 décès prématurés chaque année", notamment en "encourageant les Français à acheter des voitures qui consomment et qui polluent moins", à travers des dispositifs comme la prime à la conversion. Une prime victime de son succès, puisque 70 000 dossiers sont en attente de traitement.

 

 

Routiers : pas de retour de l'écotaxe, mais "on cherche une ressource supplémentaire"

Élisabeth Borne a également eu un mot à l'attention des routiers, avec lesquels les discussions se poursuivent : "Il ne faut pas faire d'amalgames. Les routiers n'ont pas eu de hausse de la taxe sur les carburants. Ils ont même des remboursements jusqu'à 700 millions d'euros cette année. Mais on veut investir plus dans nos transports, pour rénover nos infrastructures. Nos routes, c'est leur outil de travail et elles ont été très dégradées ces dernières années. Dans la durée, on cherche une ressource supplémentaire, c'est de ça dont on discute avec eux."

 

 

Une assurance toutefois, il n'y aura pas de retour de l'écotaxe. C'est ce qu'a confirmé une nouvelle fois Élisabeth Borne ce matin. Reste à trouver "comment on peut faire participer les camions étrangers qui transitent dans notre pays".

 

Les rubriques Sudradio