Allemagne : 12 ans de prison pour avoir offert son fils à des pédophiles

(image d'illustration)
(image d'illustration) Handout / JVA Neumünster / AFP

Une Allemande vient d'être condamnée à une dizaine d'années de prison pour avoir fait prostituer et violé son fils. Cette affaire sordide a choquée les Allemands mais a permis de mettre en exergue de nombreux dysfonctionnements. 

L'affaire avait commencé en automne 2017 grâce à une dénonciation anonyme. Presque un an plus tard, Berrin Taha, une Allemande de 48 ans, vient d'être condamné à 12 ans de prison pour avoir fait prostituer et violé son fils, avec la complicité de son conjoint. Ce dernier, pédophile récidiviste, se nomme Christian Lais. Âgé de 38 ans, il a eu la même sentence. 

Les faits se sont déroulés entre mai 2015 et août 2017. Le couple de chômeurs décide de se faire de l'argent et propose les services de l'enfant à des pédophiles sur le Darknet, une partie immergée du web non référencée par les moteurs de recherche. Au tribunal, Berrin Taha a expliqué être sous la dépendance de son conjoint, argument vite réfuté par le juge qui a noté qu'elle avait déjà abusé d'une jeune fille dont elle s'occupait. Le jeune garçon désormais âgé de 10 ans, a été placé en famille d'accueil. Son avocate a expliqué qu'il allait "bien malgré les circonstances". 

Cette affaire a choqué l'opinion publique allemande mais a également mis en exergue de nombreux dysfonctionnements. Christian Lais, par exemple, avait interdiction d'être en contact avec des enfants depuis sa condamnation en 2010 à 4 ans de prison pour pédophilie. Les multiples signalements des services sociaux aux autorités pour alerter sur le fait qu'il vivait avec Berrin Taha et son fils, sont restés lettre morte. 

En plus du couple, quatre autres personnes ont été arrêtées et condamnées pour des peines allant de 8 à 10 ans de prison. Le dernier condamné en date est un Espagnol de 33 ans. Il a écopé d'une dizaine d'années derrière les barreaux pour avoir violé à plusieurs reprises l'enfant tout en filmant ses actions. 

La police espère pouvoir continuer à traquer des pédophiles en s'appuyant sur les photos et vidéos diffusées sur le Darknet

 

Sur le même sujet
Vos réponses pour cet article

Ajouter un commentaire

Les rubriques Sudradio