Guy Carlier : "Quand on dit d'un chanteur, qu'il s'est fait très discret, ça signifie qu'il ne vend plus un disque"

Patrick : Alors Guy, vous nous aviez promis une chronique sur Garou. Guy : Oui, c'est vrai Patrick, je voudrais vous parler de Garou, car je suis tombé sur un article qui lui était consacré qui m'a beaucoup touché et je voudrais partager cette émotion avec vous et les auditeurs. Et dire à ces derniers, "surtout […]

Patrick : Alors Guy, vous nous aviez promis une chronique sur Garou.

Guy : Oui, c'est vrai Patrick, je voudrais vous parler de Garou, car je suis tombé sur un article qui lui était consacré qui m'a beaucoup touché et je voudrais partager cette émotion avec vous et les auditeurs. Et dire à ces derniers, "surtout ne partez pas, restez sur Sud Radio, ne pensez pas qu'il s'agisse d'un thème mineur, faites moi confiance, restez avec nous et écoutez moi, de toute façon en ce moment, c'est la pub sur RTL.

Je suis donc tombé par hasard sur un article consacré à Garou. Garou, vous vous souvenez, le chanteur qui avait une voix à la Joe Coocker mais qui avait des chansons à la Mireille Mathieu, on se demandait ce qu'il était devenu.. si si, y'a des gens qui disaient "dis donc Michel, tu sais ce qu'il devient Garou ?"

Non, évidemment vous ne connaissez personne qui se soit posé cette question, tout le monde s'en fout, mais ça m'arrange pour la chronique. Alors, je vous lis cet article :

'Très discret depuis sa dernière mission de coach dans l’émission de TF1, Garou est en fait retourné vivre dans son pays natal, le Canada'

Alors, une précision : quand on dit d'un chanteur, qu'il s'est fait très discret, ça signifie qu'il ne vend plus un disque et qu'il attend, terré au fond de son lit que le téléphone sonne en se gavant de tartines de Nutella.

Revenons à la suite de l'article …  'il est retourné vivre dans son pays natal, le Canada… mais pas n'importe où,  en forêt ou il est désormais le plus heureux des hommes au beau milieu des arbres, des oiseaux et du sirop d’érable, le chanteur a expliqué sa décision de se retirer du monde de la musique et de la télévision "J’avais besoin de faire autre chose. ici je fais plein de choses qui  me passionnent,  je récupère du vieux bois ".

Et c'est vrai qu'on a un peu tendance à oublier à quel point la récupération du vieux bois rend heureux…

Je récupère du vieux bois et je fais mon sirop d’érable tout seul, je coupe des arbres, je revigore la forêt, J’ai passé une vingtaine d’années toujours entouré.  j’avais toujours le cœur à la fête. Maintenant, je fais la fête dans ma grange, où on sort les cartes et le journaliste a conclu son article par ces mots :  Il nous invite quand pour les pancakes et le sirop d’érable Garou ?

Alors, évidemment au départ, en lisant l'article on ricane, et puis on est ému, Il y a quelques années, quand j'étais méchant je me moquais des has been, mais aujourd'hui, ils me bouleversent…

J'ai un ami chanteur. Il a connu un petit succès dans les années 80, il lui arrive de passer encore à la télé mais c'est sur France 3 le samedi vers midi dans une émission nostalgique ou l'on diffuse des images d'archives, on le voit avec son smoking lors d'un passage à Sacrée soirée, lorsqu'il est venu y chanter son unique tube, un slow qui marqua un été des années 80. Après sacrée soirée, la gloire a choisi d'autres chanteurs, et peu à peu il est tombé dans l'oubli. Il rêvait de Bercy mais aujourd'hui q lorsqu'on voit son nom sur des affiches, il s'agit de l'ouverture d'un Bricodéco sur une rocade, en compagnie en compagnie d. d'autres étoiles filantes comme Thierry Pastor ou Jackie Quartz. Dans ces samedi de centre commercial, on a installé une scène sur le parking  d'un supermarche, il y a du vent, du crachin et la sono fait du larsen, mais il chante son unique tube  pour un public qui sort d'Auchan en poussant un chariot rempli avec le petit dernier installé sur la tablette qui braille car il s'ennuie . Il lui arrive aussi de faire  des galas dans des maisons de retraite. Ces jours-là, il passe ses cheveux au cirage noir, il accroche son smoking de scène, fatigué, car il date de Sacrée Soirée, sur un cintre à l'arrière de son Espace… cette voiture là aussi date des années 80. C'est dire si elle aussi est fatiguée. 

Mais dans la maison de retraite, on l'attend. Les pensionnaires se sont habillées, maquillées et parfumées pour sa venue , on a installé une sono dans le réfectoire ou il chante d'abord ses dernières chansons que personne ne connait et qui ne reçoivent que des applaudissement polis mais quand il se met à interpreter les grands succès du passé, l'émotion gagne les pensionnaires. Et tout à coup, voilà qu'il chante leur chanson, et les vieilles dames  tremblent lorsqu'elles ferment les yeux en murmurant "Comment ne pas perdre la tête pour tes rires audacieux"….car soudain, les vielles dames ont vingt ans, elles sont au bal de la Saint Jean sur une place de village entourée de platanes auxquels on a accroché des guirlandes multicolores…Et elles dansent dans les bras de leur amant de Saint Jean. Le seul amour de leur vie…

Voilà pourquoi je ne me moquerai pas de Garou. Ils ne faut pas se moquer des has been, ce sont des enfants perdus, ils nous tirent par la manche en disant ne nous abandonne pas, ne nous abandonne pas…. Mais le public ingrat, les perd dans la forêt de l'oubli, comme Garou dans la forêt canadienne. C'est injuste, parce que les has been sont immortels car ont laissé dans les mémoires des vieilles dames, la trace d'un grand amour.