Violences conjugales : "on a un vrai problème de mise en sécurité des femmes"

Raphaëlle Rémy-Leleu, porte-parole d'Osez le féminisme, était "L’invitée de l’actu" dans la matinale de Sud Radio du 1er août.

Un homme est mis en examen dans le Haut-Rhin pour le 82ème féminicide depuis le début de l'année.

Un homme de 54 ans a étranglé son épouse, qui venait de lui annoncer son intention de le quitter, le 29 juillet dans le Bas-Rhin. C'est le 82ème féminicide depuis le début de l'année 2019.

 

"Toutes les années sont des années noires concernant les violences faites aux femmes"

Est-ce une année noire en ce qui concerne les violences faites aux femmes ? "Le problème c'est que toutes les années sont des années noires concernant les violences faites aux femmes, estime Raphaëlle Rémy-Leleu, porte-parole d'Osez le féminisme. Cette année particulièrement, grâce notamment au travail des associations, le décompte fait par les bénévoles est enfin pris en compte par les politiques publiques. Maintenant on attend de l'action pour réellement pouvoir protéger les femmes".

Que faut-il faire pour éviter tous ces drames ? Un budget de 79 millions d'euros est alloué pour lutter contre les violences sexistes et sexuelles. "Le chiffre consacré aux violences masculines et la protection des femmes est un peu bricolé, en prenant en compte quelques lignes budgétaires dans chaque ministère. En comparaison de l'Espagne qui a mis un milliard d'euros sur la table sur cinq ans et qui a vu le nombre de féminicides baisser de 40% en 15 ans, on est très loin du compte, tant du moins de vue financier que des dispositifs police-justice ou simplement les moyens dans les commissariats".

"La procédure est très culpabilisante et met la victime en danger"

Faut-il repenser la formation des juges et des policiers ? "Bien sûr, avant tout il y a la question de l'accueil des victimes quand elles viennent porter plainte, qui n'est pas forcément à la hauteur pour évaluer le danger. Une absence criante de psychologues et de psychiatres dans les commissariats. La procédure est très culpabilisante et met la victime en danger". 

L'homme qui a étranglé son épouse lundi 29 juillet avait pourtant l'interdiction de l'approcher, il attendait son procès pour violence conjugale. La victime peut donc encore risquer sa vie après avoir porté plainte. "Les parquets n'ont pas le réflexe de transmettre à la victime le contrôle judiciaire du conjoint ou de l'ex-conjoint violent, qui n'est donc pas toujours informée de leur libération ou de l'interdiction de se rendre au logement. Étant en liberté, c'est souvent dans ces cas-là que les féminicides ont lieu. On a un vrai problème de mise en sécurité des femmes, avec des dates de procès qui prennent 6 à 8 mois. Les victimes sont souvent contraintes de limiter leurs déplacements, parce que leurs bourreaux ont encore une totale liberté de mouvements ou presque".

 

Cliquez ici pour écouter "L’invité de l’actu" en podcast.

Retrouvez "L’invité de l’actu" du lundi au vendredi à 8h10 sur Sud Radio.

Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !