Une personne a été blessée dans l'explosion d'un courrier piégé au siège parisien du FMI.

Peu après midi ce jeudi, plusieurs médias ont indiqué qu'une assistante de direction avait été blessée lors de l'ouverture d'un courrier manifestement piégé, qui a explosé dans les locaux du siège parisien du Fonds monétaire international (FMI). L'information a depuis été confirmée par nos confrères de l'AFP citant des sources policières. La victime présente des blessures aux mains et au visage ainsi qu'un blast aux tympans. Elle a immédiatement été prise en charge par les secours mais ses jours ne sont pas en danger

Si l'on en croit les premiers éléments dont nous disposons, un pétard serait à l'origine de cette explosion. Toujours selon l'AFP, plusieurs personnes ont été évacuées des lieux "par mesure de précaution". L'enquête a été confiée à la police judiciaire parisienne. 

En déplacement à Hyères (Var), où il a d'ailleurs déclaré que l'état d'urgence serait maintenu jusqu'au 14 juillet, François Hollande a qualifié cet acte d'"attentat".

De son côté, le préfet de police de Paris a déclaré aux médias qu'il s'agissait "plus d'un gros pétard que d'une bombe", ajoutant que les dégâts étaient "assez limités dans le bureau", où se trouvaient trois personnes.

La présidente du FMI, Christine Lagarde, a elle aussi réagi à cette attaque depuis Washington. "J'ai été informée de l'explosion au bureau du FMI à Paris qui a blessé l'une de nos employées. J'ai été en contact avec le bureau et ma compassion va à nos collègues là-bas. Je condamne cet acte de violence lâche et réaffirme la résolution du FMI à poursuivre son travail pour assurer son mandat", a-t-elle indiqué. 

Vos réponses pour cet article

Ajouter un commentaire

Les rubriques Sudradio