Cédric Michel, président national du syndicat de défense des policiers municipaux, était l'invité du Grand Journal de 18h sur Sud Radio.

Des policiers municipaux non-armés pour sécuriser les entrées et sorties des élèves dans les écoles niçoise. La mesure, annoncée il y a quelques semaines par le maire, Christian Estrosi, doit entrer en vigueur à la rentrée prochaine.

Les policiers municipaux dénoncent une opération de communication, qui n'aura aucun effet sur la sécurité. C'est le message de Cédric Michel, président national du syndicat de défense des policiers municipaux, invité du Grand Journal de 18h sur Sud Radio.

"La plupart du temps, le policier municipal n'aura rien à faire, a assuré Cédric Michel. En plus, ça a un coût très important pour la collectivité. C'est près de 200 millions d'euros annuels qui seront affectés. C'est énorme. Nous pensons que cet argent serait, en matière de sécurité, peut-être plus utile ailleurs."

D'autant que, selon lui, les effets pour la sécurité des élèves seront inexistants : "L'effet sera nul. S'il y a une attaque terroriste, parce que c'est bien ça qui est visé, que voulez-vous qu'un policier municipal désarmé puisse faire ? Rien du tout. Au contraire, ce sera la première cible à abattre. Sur le fond, Christian Estrosi ne répond pas. En réalité, cette opération est un coup de comm'"

Écoutez l'interview de Cédric Michel, invité du Grand Journal de 18h sur Sud Radio, au micro de Véronique Jacquier

 

Vos réponses pour cet article

Ajouter un commentaire

Les rubriques Sudradio