Jean-Vincent Placé a été placé en garde à vue la nuit dernière, soupçonné d'avoir insulté des policiers en état d'ivresse.

Jean-Vincent Placé se trouve actuellement en garde à vue au commissariat du Vème arrondissement. L'information, d'abord révélée par nos confrères d'Europe 1, a depuis été confirmée par plusieurs médias qui rapportent une nuit très agitée pour l'ancien sénateur écologiste. Ce dernier est ainsi soupçonné d'avoir importuné plusieurs femmes dans un bar, en état d'ébriété avancé, puis d'avoir insulté des policiers.

Selon nos informations, tout a commencé vers 1h30 du matin lorsque Jean-Vincent Placé - qui se trouvait dans un bar de nuit du Vème arrondissement avec un ami - aurait demandé à une femme de danser pour lui, en l'échange d'une somme d'argent. Devant le refus de cette dernière, l'ex-secrétaire d'État l'aurait insultée de "sale pute" avant d'être expulsé manu militari de l'établissement par le vigile. Ivre et visiblement très énervé de s'être fait éjecter du bar, Jean-Vincent Placé aurait alors proféré des insultes à caractère raciste à l'encontre de l'agent de sécurité.

Des policiers de la Bac en civil sont alors intervenus vers 2h du matin pour l'interpeller et contrôler son taux d'alcoolémie, lequel a été mesuré à 1,16 g. Contestant son contrôle, Jean-Vincent Placé aurait cette fois insulté les policiers avant de raconter à ces derniers qu'il avait lui-même été victime d'une agression perpétrée par des militants d'extrême droite. Peu convaincus par son récit et n'ayant constaté aucune trace de coups, les policiers l'ont finalement embarqué avant de le mettre en garde à vue, à 2h15 du matin, pour outrage à agent.

L'ex-secrétaire d'État a été placé en cellule de dégrisement mais pour l'instant, aucune plainte n'a été déposée contre lui.

Les rubriques Sudradio