JC. Delarue : "On a énormément d'appels de gens coincés dans les trains de banlieue"

Jean-Claude Delarue : "On a énormément d'appels de gens coincés dans les trains de banlieue"

Jean-Claude Delarue (Président de SOS Usagers) était ce mardi l'invité du Grand Journal de 18h.

Ça n'aura échappé à personne, le froid s'installe dans la moitié nord du pays et notamment en région parisienne. Le niveau 3 du plan neige-verglas a donc été activé en Île-de-France, où 641 kilomètres de bouchon - record battu - ont été enregistrés ce mardi. Des conditions climatiques qui perturbent également le bon fonctionnement des transports en commun, en particulier la circulation des trains. La SNCF a d'ailleurs décidé de réduire la vitesse de certains TGV par précaution, afin de prévenir les risques d'accumulation de glace entre les rails. Une réduction qui a fatalement entraîné des retards et qui pourrait en provoquer d'autres dès demain sur l'ensemble du réseau ferré. Une situation qui laisse un peu perplexe Jean-Claude Delarue, le président de l'association SOS Usagers (fédération des usagers des transports et des services publics).

"Un gros problème d'entretien et de modernisation du réseau"

Invité de Véronique Jacquier dans le Grand Journal de 18h, M. Delarue souhaite en effet que la SNCF communique davantage sur ces perturbations ainsi que sur les moyens mis en œuvre pour faire face aux difficultés. "Pour les TGV,  je me rappelle d'un tweet qui avait été publié par la SNCF en janvier 2017, qui disait que pour empêcher la neige de s'accumuler sous les TGV et devenir de la glace, on mettait de l'antigel", rappelle-t-il dans un premier temps, avant de s'adresser directement à la SNCF : "Je voudrais donc savoir si cela a été fait et si c'est efficace". Et l'intéressé de recenser un certain nombre de problèmes rencontrés par les usagers qu'il représente. "On ne peut pas parler que des TGV parce qu'il y a énormément d'appels qui nous viennent de personnes coincées ou qui ont de gros problèmes sur les trains du quotidien, par exemple les trains de banlieue", explique-t-il ainsi. "Sur le Paris-Château-Thierry par exemple, ils ont deux wagons sans chauffage, il fait froid dehors et dedans. Vous avez également un dépôt de train où l'aiguille de l'aiguillage est gelée. D'habitude, il y a des réchauffeurs qui permettent que cela marche mais là, non ! Les trains sont bloqués", poursuit-il.

"Il y a quand même un gros problème et notamment un problème d'entretien et de modernisation du réseau", ajoute-t-il par ailleurs. "Nous le disons depuis des années et tout le monde le répète maintenant, il y a un défaut complet de maintenance, d'entretien et de modernisation", insiste-t-il encore, soulignant que "c'est évidemment plus spectaculaire quand il tombe de la neige". "Il faut absolument donner la priorité aux transports ferroviaires qui concernent l'immense majorité des usagers, c'est-à-dire les trains du quotidien", conclu-t-il, non sans dénoncer ce qu'il appelle "la double-peine" - infligée par la SNCF - que représente les problèmes de la circulation et le manque d'information donnée aux usagers.

>> Retrouvez l'intégralité de l'interview de Jean-Claude Delarue, invité du Grand Journal de 18h

 

Vos réponses pour cet article

Vos réactions sur cet article

neness
- Mercredi 7 février 2018 à 07:09
Il existe de pneus 4 saisons pas plus chers que des pneus été , ça résoudrait déjà pas mal de problèmes , quand on voit des conducteurs de grosses cylindrées non équipées et patiner on se dit que les frenchies sont un peu à la ramasse !

Ajouter un commentaire

Les rubriques Sudradio