Évasion de Rédoine Faïd : "Il bénéficiait d'une certaine largesse"

Son évasion n’a eu lieu qu’il y a 48 heures mais déjà les interrogations n’en finissent plus. Rédoine Faïd, homme le plus recherché de France à ce jour, a mis en exergue de nombreux dysfonctionnements au sein de l’administration pénitentiaire et la prison de Réau.

 

Thumbnail

Passé le choc de l’évasion spectaculaire de Rédoine Faïd en hélicoptère de la prison de Réau, l’heure est au constat et aux interrogations. "Comment est-ce que ça a pu arriver ? Comment est-ce possible ?" s’interroge Martial Delabroy, secrétaire local de FO pénitentiaire. Ces questions, c’est la mission d’inspection qui doit y répondre, mais déjà un rapport de 2013 sur le centre pénitencier est pointé du doigt. On peut y lire des dysfonctionnements notamment un certain laxisme envers les détenus de la trempe de Rédoine Faïd. Des propos confirmés par Loïc Delbroc, délégué UFAP-Unsa, "Rédoine Faïd bénéficiait d’une certaine largesse, il pouvait modifier ses horaires et ses jours de parloirs à sa guise".

Mais un autre point est également à éclaircir, comment le commando qui a fait évader en moins de 10 minutes le braqueur, connaissait aussi bien les lieux ? Loïc Delbroc a sa petite idée : "Cet établissement a été construit par une entreprise privée extérieure qui détient les plans donc on peut supposer que la faille vienne de là. Récemment, il y a également eu un tournage dans la prison pour une série. Il y avait plus de personnel extérieur que de personnel pénitencier dans les bâtiments ! On peut donc aussi supposer que certaines personnes ont pu être approchées par ce biais".

Invité du Grand Soir Sud Radio, Wilfried Fonck secrétaire national UFAP-Unsa Justice, déplorait hier soir que Rédoine Faïd n’avait rien à faire dans cet établissement de Réau : "Quand on a un profil comme Faïd, on le laisse pas mariner comme ça dans un quartier d’isolement où on sait qu’il a qu’une seule chose en tête c’est s’évader".

Déjà échappé en 2013, sa cavale avait alors duré 1 mois et demi avant qu’il ne se fasse interpeller dans un hôtel à Pontault-Combault en Seine-et-Marne. Et alors que l’enquête suit son cours pour savoir comment une telle évasion a pu se produire, près de 3000 policiers sont actuellement à la recherche de Rédoine Faïd.

Propos recueillis par Élodie Rabelle et Steven Gouaillier