Armée de l'air et de l'espace : "il s'agit de défendre nos satellites, qui peuvent être attaqués"

Dominique Trinquand, ancien chef de la mission militaire française auprès de l’ONU, était "L’invité de l’actu" dans la matinale de Sud Radio du 25 juillet.

La ministre de La Défense Florence Parly présente le 25 juillet la nouvelle stratégie spatiale militaire de la France.

La France sera bientôt dotée d'un commandement militaire de l'espace. C'est le premier pays européen à se lancer.

 

Armée de l'air et de l'espace : "C'est en fait une réorganisation des moyens"

La ministre des armées, Florence Parly, va présenter aujourd'hui la stratégie française dans le spatial militaire. À l'avenir, on parlera d'armée de l'air et de l'espace. "La décision a été prise de regrouper ce qui existait à l'état major des armées, qui était un commandement de l'espace, et de le mettre dans le commandement de l'armée de l'air, explique Dominique Trinquand, ancien chef de la mission militaire française auprès de l’ONU. C'est en fait une réorganisation des moyens.

C'est une bonne nouvelle à trois titres : ça reconnaît que l'espace est essentiel pour notre vie quotidienne mais également dans le domaine de la Défense, on prend des mesures de réorganisation pour le rendre plus efficace et enfin, nous sommes les premiers à le faire en Europe".

Qu'existe-t-il déjà en termes de contrôle de l'espace par les différentes puissances mondiales ? "Les Américains, les Russes et les Chinois ont des moyens considérables nationaux. La question qu'on peut se poser est l'Europe sera-t-elle une puissance ? Aujourd'hui, les moyens aériens dans l'espace en Europe sont essentiellement européens. Ariane est un programme européen et les satellites sont souvent des programmes bi ou tri-nationaux voire complètement européens".

"Il s'agit de défendre nos satellites, qui peuvent être attaqués"

La France peut-elle avoir les capacités pour devenir leader dans ce domaine ? "La France met beaucoup de moyens, ça semble peu probable que d'autres pays en mettent plus. La France a été leader sur le programme Ariane, qui est aujourd'hui européen, comme pour le programme de satellites Helios. Mais nous ne pouvons plus tout seul avoir toutes ses capacités. C'est la mise en cohérence et la protection européenne sur ce sujet qui est important".

Ce service sera-t-il essentiellement un service de renseignement ? "Il y a trois domaines : le renseignement, la communication et la défense. Il s'agit de défendre nos satellites, qui peuvent être attaqués, pas pour être détruits mais pour capter ce qui se passe à l'intérieur. La mise en place d'un système de protection, en particulier par le brouillage, est essentielle".

 

Cliquez ici pour écouter "L’invité de l’actu" en podcast.

Retrouvez "L’invité de l’actu" du lundi au vendredi à 8h10 sur Sud Radio.

Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !